Éternia City


 

Linh ☆ Imposture
Habitant
Voir le profil de l'utilisateur
Habitant
Faustus A. Nótt
Icon :
Messages :
67
L'âge du personnage :
22 ans
Métier :
Assistant Tatoueur ☆ Etudiant
Habitation :
Quartier Umi
Pokédollars :
450
Niveau :
13
67
22 ans
Assistant Tatoueur ☆ Etudiant
Quartier Umi
450
13
// Mer 9 Jan - 19:55


Imposture

Aller bosser en hiver. Quelle idée farfelue ! Se lever tôt, alors que l'organisme n'est pas prêt à affronter l'obscurité. Se manger le mur de la salle de bain parce que oui, la porte était quelques centimètres plus à gauche. Oublier de manger. Courir dans le froid pour chopper le Pokéstop du quartier avant de partir à l'assaut du grand bâtiment universitaire. Contempler le paysage blanc toute la journée, le cul devant un écran. Non clairement, l'hiver n'est pas fait pour les études.

C'est plutôt une saison qui recommande de glander dans sa maison, ou à l'inverse de s'éclater dans la neige. Mais dans tous les cas c'est une de ces extrêmes. Le reste ... hérésie ! Surtout quand on est assez lunatique, et que l'on dispose de deux Pokémons feux, dont l'un refuse de se cloîtrer toute la journée dans sa jolie sphère. Un qui même emmitouflé sous toutes les couches de laine réussi à éternuer. Ce qui, en toute logique, vous crame le peu de poils que vous avez sur la tête. Voire, les sourcils. Faustus fait très attention aux sourcils : il parait qu'une fois disparu, ça ne repousse pas. Rumeur ou non, il ne veut pas le découvrir à ses frais. C'est donc tout naturellement qu'après une matinée à martyriser son clavier, le jeune étudiant s'était rendu dehors pour sa micro pause. Dans l'angle d'un mur, aussi à l'abri que possible. Le petit Salamèche avait pu s'agiter, éternuer (rip le dernier pissenlit en vie), et quémander son câlin.

En soit, Faustus avait deux heures de pause. Deux heures qu'il aurait pu passer à faire gambader son camarade. AH BEN NON puisque c'est l'Hiver. Son propre corps commençait à frémir, son estomac criait famine ... et même la petite créature demandait à rentrer au chaud dans sa jolie prison. Si bien qu'il ne fallu pas longtemps à Faustus pour décider de mettre un terme au break, de ranger précieusement son comparse dans sa poche la plus chaude, et de rentrer en courant au réfectoire. En théorie cette petite aparté à sa journée aurait du lui faire gagner un peu de calme. Que nenni. L'immense restaurant était toujours aussi bruyant, aussi blindé. Pas la peine d'entrer pour le constater : il suffisait de voir la buée sur les fenêtres.

Manger. Ce besoin était plus grand que celui du calme. Le jeune Nótt prit donc son courage à deux mains et s'élança dans l'arène, l'air triomphant. Pourtant personne ne semblait réagir. Un vrai flop. Il fit donc la queue, reçu son repas "gratuit et équilibré" comme c'était précisé discrètement, tout les cinq mètres. Restait à trouver une place. Blindé comme c'était, A) Faustus devrait sûrement s'asseoir par terre ; B) Faustus ressortirait avec une migraine. Plus ou moins. Il restait bien une solution : le coin "des mille et une odeurs". Si le nom fait rêver, il est trompeur. Il s'agit tout bonnement des tables proches des cuisines. L'idéal pour parfumer votre veste senteur huile de friture, ou morue grillée. Mais l'espace restait vide, et plutôt vaste pour le coup. L'étudiant s'y fraya un chemin, et vagabonda entre les tables inoccupée, comme s'il cherchait le grand sésame.

Une fille. Juste, une fille. Etrangement la cacophonie de l'autre bout de pièce semblait l'avoir atteint plus que de raison. Voila qu'il voulait discuter, Faustus. Ca le surprenait lui-même. Pourtant, la fille ne l'intéressait pas. Pas du tout. Rien qu'à la voir, elle empestait le cursus d'art, et sa propre rancune n'avait toujours pas disparue. Jamais. Il passa donc derrière elle avec dédain. C'aurait pu être beau. Mais voila, son corps partait bien tout droit, mais sa tête semblait restée sur place.

" - Eh ... tu crois quand même pas pouvoir égaler Insanity, si ? "

C'était sorti tout seul. Comme ça. Et le reste de sa carcasse c'était déjà installée à côté, comme quelqu'un qui rencontre un vieux pote. Cette réaction le surprit tellement, qu'il resta la bouche ouverte un cours instant, avant de reprendre sur ce qui semblait le stabiliser.

" - Non sérieusement, regarde là c'est pas bon. Ton style est trop brouillon. On dirait un Métamorphe junkie qui tente de reproduire un Dracaufeu chromatique. T'as fait ça avec tes dents ? "

Étrangement, ce n'était pas agressif. Pas agréable à entendre, certes, mais sans objectif cruel. Juste un avis exprimé. Clair net et précis. Faustus eut l'impression d'attendre une éternité avant d'avoir un retour. Il entama donc son plateau, histoire de réduire cette sensation désagréable.

Habitant
Voir le profil de l'utilisateur
Habitant
Linh Arima
Icon :
Messages :
108
L'âge du personnage :
22 ans
Métier :
étudiante en art & antiquaire
Habitation :
Quartier Machi
Pokédollars :
5770
Niveau :
16
108
22 ans
étudiante en art & antiquaire
Quartier Machi
5770
16
// Sam 19 Jan - 14:18
Imposture

L’automne a laissé place à l’hiver. Les feuilles aux couleurs ambrés laissant place au duvet de neige et de givre. Le temps poursuit son chemin, doucement, tandis qu’un petit train-train habituel semble s’être instauré dans la vie de la jeune étudiante, possédant désormais son studio ainsi qu’un petit travail à mi-temps, couplé à ses études en art. Ces derniers temps la jeune femme a eu beaucoup à faire et très peu de temps pour elle, très peu de temps pour laisser libre court à son imagination de graver quelques esquisses sur papier, ainsi que se perdre dans l’irréel. Elle a peu joué, Insanity, certains ont ronchonner, d’autres on compatis. Les communautés sont ainsi, certains sont compréhensif, d’autres non. Elle ne leur en veut pas, Insanity, elle sait que c’est une façon pour eux de montrer qu’ils apprécient autant son travail d’artiste que celui de gameuse. Elle n’est pas encore très connue, pas suffisamment pour se plaindre. Actuellement ses études primes sur le reste, il en est ainsi, mais une sensation de manque commence à la prendre, chaque jours un peu plus et à défaut de pouvoir s’enfermer dans le virtuel elle laisse sa main s’exprimer, entre les cours, parfois pendant les cours également, ou lorsque aucuns clients ne se trouvent à la boutique.

Aujourd’hui encore ne fait pas exception. Tandis qu’elle profite de son moment de pause, après un rapide repas pris - c’est qu’elle n’a pas trop faim dernièrement, pas trop le moral aussi d’ailleurs - le plateau poussé dans un coin de cette table vide, là où rare sont ceux qui osent venir s’aventurer, elle dessine. Une simple ébauche pour le moment, des formes sans réelle consistance. Qu’essaye-t-elle de faire ? De recréer ? Pour le moment c’est encore un mystère et c’est en s’enfermant dans sa bulle, comme elle le fait si bien depuis que les cours ont recommencés, depuis qu’elle est presque seule, qu’elle ne vit pas celui qui s’approcha d’elle, ou tout du moins, elle n’y prête aucune attention, au début tout du moins…

La silhouette s’arrête, s’adresse pour s’installer ensuite. Elle aurait pu être surprise par ses paroles, quoiqu’elle l’est un peu, et se décide enfin à lever la tête vers l’étudiant installé à sa table à lui parler comme s’ils se connaissent depuis longtemps, comme s’il s’agissait d’un expert en dessin, pourtant elle ne l’a rencontré dans aucun de ses cours d’art. Elle le fixe longuement, sans un mot, se repassant ses paroles en tête. Insanity, c’est ce qui lui revient principalement en tête. Un de ses abonnées ? De ses fans ? Probablement sinon il n’aurait pas fait la moindre comparaison à ce sujet. Intérieurement, elle sourit. Ainsi certains parlent d’elle, compare les travaux des autres avec les siens. S’imagine-t-il que cette Insanity dont il parle, c’est elle ? Sous la table, Tsume s’agite, se redresse légèrement afin de poser sa tête sur les genoux de sa maîtresse. Une caresse offert et la queue de la jeune hyène s’agite. Il observe, de ses yeux rougeoyant, l’inconnu.

Que sais-tu du dessin et de Insanity exactement ? Je ne crois pas t'avoir déjà vu dans un cours de dessin.

Demande-t-elle d’un ton calme, presque détaché, sans la moindre animosité. Simple curiosité, elle n’a guère envie de décliner son identité, pas pour le moment tout du moins. Peut-être cela pourrait-il être amusant, de parler de façon totalement anonyme à quelqu’un qui semble visiblement vous connaître, tout du moins si on en juge ses paroles. Pour autant, les yeux de la jeune étudiante se repose sur son carnet de dessin pour poursuivre son oeuvre.
CODE ©️️️️️ N3M0
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: