Éternia City


 

Comment ne pas perdre la tête ! • ft.Riley Amos
Habitant
Voir le profil de l'utilisateur
Habitant
avatar
Icon :
Messages :
175
L'âge du personnage :
24 ans
Métier :
Chômeur
Habitation :
Sous un carton
Pokédollars :
3875
Niveau :
25
175
24 ans
Chômeur
Sous un carton
3875
25
// Ven 5 Oct - 0:38
comment ne pas perdre la tête
Andrew Smith & Riley Amos
Il n'a plus de travail, il n'a plus de maisons, il n'a plus d'amies. Andrew ne possède plus rien, à part ses pokémons en poche et son seul amour du moment, un amour tellement réciproque qu'il ne reçoit plus aucun de sa part depuis un bon moment. Pour autant, t'es encore désireux d'entrevoir un futur avec lui, l'imaginer blottit au creux de tes bras alors que vous regardiez au loin un champ de fleur flotter au gré du vent. Même si t'avais de sacrés défauts dont t'osais te montrer à toi-même, même si tu fais que des erreurs avec lui, même si tout vas mal, t'espère encore un peu, qu'il te saute dans les bras lorsque tu osera enfin toquer à sa porte. C'est dur de faire le premier pas, de toquer à une porte qui mène vers l’inconnue, de t'excuser, de le voir... Assombris par l'ombre de l'énorme bâtisse, l'une de tes mains viens enfin percuter la porte métallique, un bruit sourd résonne au loin alors que tu ressens une légère douleur au niveau de tes phalanges. T'espérais vraiment entendre une réponse, un mouvement, quelque chose qui pourrait montrer qu'il ici, en vie... Mais rien de vivant semblait percuter dans tes tympans, rien que le silence pesant du quartier. Tes dents viennent taquiner nerveusement ta lèvre inférieure, t'es clairement pas à l'aise dans ce genre de quartier, les richards ce n'est pas ton kiff. Et pourtant, t’aurais aimer croire en lui, à sa légère différence, mais rien, au moins il était chez lui ou quoi ? T'avais pourtant pas l'impression que c'était le genre à faire la fête ou rester tard la nuit chez des potes comme toi, tu fais. Un dernier coup d’œil sur ton bracelet pour être totalement sûr de l'heure, il est bien quatre heures du matin, il serait où ce con ? Penses-tu alors que tu sembles bouillir au fond de toi, l'imaginer avec un autre était plus fort que toi.  

Putain... Il serait où ce con ?

Marmonnais-tu entre tes dents. La voix légèrement éraillée par ton agacement, ne t'avait pas la fois d'attendre un peu plus devant le pan de sa porte, t'aurais pas voulu le voir collé à un autre mec de toute façon, incapable, idiot, t'ose t'écraser encore une fois malgré tes foutus changements pour devenir un autre homme, fuir, encore et encore. Tu ne savais plus clairement où aller, et t'avais pas envie de retourner dans la forêt pour vivre en mode tarzan en compagnie de tes pokémons, non, toi, tu le mérites, mais pas eux, pas tes petites bêtes d'amours. Ton regard vient mourir contre l'une des balles accroché à ta ceinture, t'essayes de réfléchir à une solution, mais t'es lassé d'en trouver, car à chaque putain de fois t'as le don de tout gâcher, de rater... Toujours à la case départ, t'arrive pas à avancer, comme si t'étais coincé dans un espace-temps qui se répète, coincer dans une boucle qui ne cesse de tourner au même point. Les mains légèrement tremblantes à l'idée de penser à ce genre de choses, l'une de tes mains viens agripper ton paquet de clopes rangé au fond de ta poche. Dans ses moments-là seule la cigarette arrive à te calmer et te sauver de cet enfer, tel un preux chevalier, elle arrive en grand galop dans un halo blanchâtre, ou plutôt grisâtre. Une cigarette coincée entre tes lèvres légèrement pincées alors que tu déambules tout en traînant des pieds dans le quartier Buruu. Tu sais plus si c'est la première fois que tu viens dans ce quartier remplie de bizness man, ton cerveau ne semble pas vouloir t'envoyer de signaux à ce sujet et préfère se concentrer sur les toxines que t'essayes de faire pénétrer dans ton organisme. T'aspires une grande bouffée de nicotine alors que tes yeux glissent vers les différents noms qui sont inscrits sur les boîtes aux lettres que t'aperçois sur ton chemin. T'étais près à rentrer bredouille, près à repartir dormir à la belle étoile dans l'une des forêts du coin. T'imaginais déjà les galères pour trouver un emplacement pour dormir, ne pas te faire bouffer par les bestioles sauvages, et bien d'autres emmerdes que t'as vécu dans un coin aussi sauvage, si seulement tu trouvais une maison pas chère, et facile à avoir. T'aurais pu coucher avec l'un de tes anciens potes, juste pour qu'il t'offre une maison, ou qu'il t'accorde son logement en mode colocataire le moment que tu lui offres quelques nuits torrides, mais t'avais clairement pas la tête à ça, pas après avoir offert ton bisou magique à Akeem. Les joues légèrement rosies devant la scène qui ne cesse de se répéter en boucle dans ta tête, ton cerveau arrêta toutes activité pour te stopper net dans ta course, t’étouffant presque dans une fumée grisâtre qui transperçait tes poumons, ta gorge, sortant ainsi de ton organisme de façon brutale. Tu sens un léger picotement aux travers de ta gorge tandis qu'une toux vient approfondir la douleur, quelques larmes perlent aux coins de tes yeux. Pour autant, t'arrives pas à te sortir de la tête de ce que tu viens de voir, le prénom de ce connard de première, ce sale type qui t'avais insulté, dénuder, transperçant ainsi sans scrupule ta dignité qui était déjà salement amochée par tes conneries. Comment il peut vivre dans le quartier des riches ? Un connard comme lui ? T'en sais foutrement rien, mais tu finies au moins de mourir en crachant presque tes poumons, à la fois surpris, mais tout aussi abasourdis, ne croyant pas à un seul instant que ce bâtard serait riche.

Ah.....Putain...C'est pas possible ! Lui...NON !!

Gueulais-tu de ta voix légèrement enroué après cette quinte de toux brutale. T'osais pas te retenir de parler à pleine voix à quatre du matin, surtout devant chez lui, mais t'étais tellement sur le cul que t'arrive toujours pas y croire, au pont de t'avancer et de plisser les yeux pour mieux apercevoir son prénom, t'ose découvrir son nom de famille par la même occasion, même s'il avait dû sûrement déjà le citer lors de votre rencontre, mais t'es tellement pas un mec qui mémorise tout, et surtout pas les noms de famille, et encore moins les prénoms, seul les surnoms t'arrive à t'en rappeler. Malgré que tu sois complètement con et que c'était pas la bonne heure pour réfléchir complètement, tu voyais son foutue nom gravé sur la boîte aux lettres. Tu hausses légèrement l'un de tes sourcils, surpris, tu te demandais bien comment il avait pu se payer une baraque pareille alors qu'il n'était qu'un pauvre connard. Mais Andrew t'es vraiment con, normal, tu ne connais pas sa vie, tu la rencontrer qu'une fois, et ça t'a suffit pour être dégoûté de lui, de le détester, pourtant, tu déteste pas beaucoup de genre, tes parents, et lui.

Peut-être que c'est pas lui, peut être que c'est un autre type qui s'appelle comme lui...

Dans ses moments-là, t'avais cas toqué à la porte d'un air curieux et inventer une excuse bateau si c'était lui ou pas. Mais l'idée de le croiser encore une fois et d’entendre ce foutu surnom qu'il t'avait donné t'hérissais les poils, un léger frissons déplaisant parcours ta nuque rien qu'à imaginer une nouvelle fois entendre ce surnom. Mais ta curiosité ne semblait pas vouloir mourir, non, elle se battait contre ta raison qui était faiblarde à cause de ton cerveau très peu fournie. Une nouvelle idée te heurta de plein fouet, une idée complètement conne, mais ton idée. Tes lèvres s'étirent dans un large sourire, d'un air presque amusé, comme si t'étais un gosse qui était près à faire une connerie. Grimpeur professionnel à tes heures perdues, en plus d'être assez musclé pour escalader des maisons sans aucun problème, voilà que tu commences ta petite escapade sur les murs de la maison de Riley. D'un air presque trop assurer t'escalades l'un des murs de la maison pour te retrouver au deuxième étage, tu sautes pousser la barrière qui protégeait le balcon avec une facilité déconcertante, comme si, t'avais cette foutue habitude de grimper les murs des maisons ou appartements.

Trop facile.

Disais-tu en ricanant légèrement alors que tes lèvres s'étirent dans un large sourire presque un peu trop fier. T'aurais presque envie de te taper une danse de la victoire pour cette épreuve réussite ! Mais à la place, tu te bombes le torse tel un homme digne de lui et tu poses avec tes mains plaqué contre tes hanches, oui, c'est une pause de super-héros, non, il n'a pas copié ça de l'un de ses foutus films qu'il regarde sans cesse en boucle comme un con. Une fois ton moment de victoire finie, tu pouvais enfin mater l'intérieur de la maison, une chambre avec un putain de lit, ça existe ce genre de lit ? Tu pourrais foutre plusieurs personnes dedans ! Pas que deux personnes, mais dix personnes ! Même si t'es clairement pas bon en calculs, tu penses sincèrement que dix personnes peuvent dans ce lit énorme. Ton visage s’illumine subitement, on pouvait voir des étoiles admiratives dans tes yeux Andrew. Comme un enfant qui découvre de nouveau jouet, t'es émerveiller par de simples meubles qui sont beaucoup trop chère pour qu'ils puissent t'appartenir et que tu verras que seulement dans les films tellement tes potes n'ont pas assez de friques pour avoir ça chez eux. Alors c'est ça un riche ? Ton visage vient doucement s'écraser contre la paroi glacée de la vitre, ton nez et ta bouche légèrement écrasé contre la fenêtre, tes yeux n'arrivaient pas à quitter ses meubles de leurs champs de visions, c'était trop beau, trop moderne, trop bien quoi ! Admirant ainsi chaque recoin de la pièce sans même chercher le jeune homme des yeux ou de d'apercevoir que cette pièce était une chambre, t'as même pas réfléchis au fait que t'était totalement griller devant la fenêtre, même pas cacher quoi. Un léger filet de bave vient mourir contre la paroi de la fenêtre tandis que tu continues de scruter les alentours comme un enfant qui scrute son magasin de jouets favori, à la recherche de la moindre nouveauté, curieux, Andrew ne pouvait pas s'en empêcher.

Inspecteur
Voir le profil de l'utilisateur
Inspecteur
avatar
Icon :
Messages :
258
L'âge du personnage :
20
Métier :
Inspecteur
Habitation :
Quartier buruu
Pokédollars :
2875
Niveau :
26
258
20
Inspecteur
Quartier buruu
2875
26
// Dim 7 Oct - 18:32
Comment ne pas perdre la tête ?
Il a encore fait la bringue, ce soir-là. Il est rentré tard, dans les environs de quatre heures moins vingt, quelque chose par là. Abandonnant ses affaires à la hâte il s’était rendu jusqu’à sa salle de bain pour une douche bienfaitrice qui le remit un peu d’aplomb, ou plutôt, lui permet de désaouler un peu. Pas de conquête ce soir, il n’a rien trouvé d’intéressant mais peut-être n’est-ce pas plus mal, après tout il est un peu lassé et bien trop d’hommes le connaît. Doit-il se faire tout petit ? Peut-être un petit temps, d’’autant plus qu’il a pas mal de travail à effectuer dernièrement, entre autre c’est l’occasion pour lui de bosser sérieusement…

Quittant sa salle de bain pour rejoindre sa chambre, dans un long soupir, torse nu, un simple boxer cachant ses parties, il rejoint sa chambre, Irion le suivant de près. Laissant son maître entrer le premier, lorsque le molosse mit une patte dans la chambre, il se tendit et ses babines se retroussent sur ses crocs. Tournant la tête en direction de la baie vitré de la chambre en grondant, le jeune Inspecteur ordonna au Demolosse de se taire, mais celui-ci ne semble enclin à obéir. Irrité par la fatigue, l’Inspecteur se tourna pour faire face au canidé lorsqu’il le voit enfin, celui qui met le Demolosse dans tous ses états, un stalker - ou un cambrioleur.

Qu…

Réagissant rapidement, il récupère son arme, posé sur une commode et le pointe en direction de la baie vitré.

Voyons qui est le con qui vient me faire chier à ma propre fenêtre…

Avançant doucement vers la porte qui mène sur le balcon, il parvient enfin à voir les traits de celui qui semble être en pleine contemplation de l’intérieur de la pièce et manqua de s’étouffer sur le coup. Que fichait ce type ici ? Cette fois-ci, il avance rapidement jusqu’à la porte qu’il ouvre pour faire face à l’idiot collé à sa vitre.

Toi ? Qu’est-ce que t’es en train de foutre ?!

Irion ne tarde pas à sortir également sur le balcon, montrant à nouveau les crocs à l’intrus, l'intrus qui n’est autre que Andrew, cet idiot de mec avec qui il a fait la maison hanté, il y a presque un an de cela. Qu’est-ce qu’il fiche ici ? Et comment a-t-il su qu’il vivait là ? Arme toujours en main, mais pas pointé sur le type face à lui, Riley lui lance malgré tout un regard mauvais, détestant qu’on vienne empiéter ou fouiner dans sa vie privé.
Code ©️ N3M0
Habitant
Voir le profil de l'utilisateur
Habitant
avatar
Icon :
Messages :
175
L'âge du personnage :
24 ans
Métier :
Chômeur
Habitation :
Sous un carton
Pokédollars :
3875
Niveau :
25
175
24 ans
Chômeur
Sous un carton
3875
25
// Lun 15 Oct - 13:50
comment ne pas perdre la tête
Andrew Smith & Riley Amos
Tes yeux se plissent légèrement pour entrevoir les courbes mises à nues du jeune inconnue, pas finalement inconnue en fait, car sa couleur de cheveux complètement unique te faisait facilement deviner que c'était bien lui sous ce boxer légèrement moulant. T'arrives pas à décoincer ton regard de son torse imberbe mise à nue, au point d'oublier de fuir à l'Anglaise au moment où il capte enfin que t'es là, mais en même temps, t'arrivais pas à te débloquer devant cette vue qui était un bon bonus, car ça, tu l'avais pas vu la dernière fois, t'avais vu le bas, mais pas le haut, c'est marrant d'ailleurs, à chaque fois que vous vous rencontrez vous vous foutez à poil sans le vouloir, tu te demandes à force si c'est pas ton pote d'enfance qui joue les cons là haut à te foutre un message ou c'est simplement ta connerie qui fait ça. Encore heureux, tu réagis beaucoup moins à la vue de ses courbes et semble légèrement moins gêné que la dernière fois, t'avais appris de tes erreurs, puis avoue-le, tu voulais pas être pris pour une tapette encore une fois, t'aime les femmes, oui, c'est ça, persuade toi d'aimer les femmes, ça te changera un peu et te rendra plus viril. Pendant que tu matais sans arrière-pensée et tu pensais à différentes choses, voilà qu'on te pointe une arme devant toi, même au travers de la vitre et la vision légèrement flou à cause des vitres mal lavés, tu sais reconnaître un flingue quand t'en vois un, ce genre de flingue t'en avais vu pas mal lorsque les flics te coursent avec, inspecteur, exécuteur, qu'importe, t'aime pas ce genre de flingue. Le visage encore écrasé contre la vitre, tu lèves brutalement tes bras pour montrer que tes mains sont en l'air, comme dans les films, t'oses te rendre dans un pur automatisme, attendant sagement qu'il s'approche de toi, t'aurais pu fuir comme un con, mais t'avais clairement pas envie de te faire courser par un mec presque à poil et un chien enragé. La peau de ton visage se décolle doucement de la vitre tel une ventouse, ta peau légèrement rougie à cause du contact prolongé contre la vitre, t'avais un peu trop forcé aussi... Tes oreilles s'agitent subitement lorsque tes tympans percutent un léger rire étouffé, tu penses que c'était un rire, mais t'étais pas totalement sûr. Voilà qu'il se moque encore de toi, c'est que tu penses, avoue que t'es pas heureux de le revoir, surtout qu'il allait encore se foutre de ta gueule encore une fois, une mine légèrement blasée, t'ose pas le quitter du regard, et tu penses qu'il t'a enfin reconnu, enfin, t'as pas encore sur, c'est dur de voir ses réactions à travers une vitre bordel, surtout quand t'as un flingue pointé sur toi. D'un coup il ouvre rapidement la porte-fenêtre pour te faire face, calbute à l'air, ce mec est vraiment chelou, il n'hésite pas à sortir à poil dehors, alors qu'il a des voisins, et que t'es là, aucune pudeur putain... Tu percutes enfin que t'es pas en bonne position pour être en face de lui, car si tu pointes tes yeux droit devant lui, t'as une vue sur son service trois pièces qui est protégée par un putain de boxer vachement moulant, t'oses légèrement reculer en arrière face à cette pensée en pointant ton en l'air pour mieux regarder son visage, concentré sur son visage, sur son visage.... VISAGE PUTAIN ! Son arme n'est plus pointée sur toi, pourtant, tu gardes encore tes mains en l'air en mode traumatisé de la vie, et t'avais même pas réfléchie si c'était un inspecteur ou un exécuteur, t'es pas encore capable de réfléchir à ce moment même, ton cerveau ne peut pas faire deux choses en même temps, il chauffe déjà de trop.

Toi ? Qu’est-ce que t’es en train de foutre ?!

Malgré ses airs faussement joyeux, il te lance un de ses foutus regards digne d'un mafioso qui ne voulait pas être dérangé, ce genre de regard à le don de te hérisser les poils, t'as un léger frisson déplaisant qui traverse ta nuque tandis que tu percutes enfin que t'avais aussi un chien qui te scrutait depuis un moment, il grogne de rage envers l'intrus de la maison. Pour autant t'es pas plus apeuré, juste, légèrement surpris, car après tout, t'as l'habitude des chiens qui te montrent les crocs et te bouffent les fesses, presque tous les flic ont un chien chez eux, puis toi aussi t'as un sale chien enfermé dans sa balle et soigneusement ranger dans ton vieux sac pourries, déchiqueté par des monstres de toutes sortes, comme si t'avais fait une sortie survive dans la forêt, en vrai, t'as presque ça, même si c'était juste pour pioncer la nuit car t'avais plus de toit et que tu voulais pas revenir en arrière vers ton amie d'enfance, de toute façon elle t'aurais filer un coup de pied au cul et remis à la rue, faut pas déconner non plus, t'allais pas crécher chez elle en foutant presque rien. Tu restes un moment figé sans pouvoir rien dire, disons que la scène était atypique, un mec presque à poil te pointe une arme sur son balcon alors que t'es accroupies, sales, voir crevé et au bord de l'infamie, en plus de ne le connaître légèrement, pas assez, car tu savais même pas qu'il avait une arme ce connard.

Je.....Je....J'sais pas ?

Disais-tu d'un air paniqué, comme un gosse qui serait près à chialer en dévoilant sa bêtise à ses parents.

J'voulais voir un pote, mais il est pas là... Puis j'ai vu ton prénom sur le portail....T'habites vraiment là ?

Ste question. Bien évidemment qu'il habite ici pauvre con ! Bizarrement, t'arrivais pas à croire ce que tu voyais, comme si tu ne voulais pas constater la simple réalité, celle qu'il soit riche et qu'il habite dans une maison de luxe.

Azy depuis quand t'as une arme ? Tu l'a acheté à l'un de mes potes ? Avoue !

Ça t'es pas venue à l'esprit que ce mec était un inspecteur ou un exécuteur ? T'es tellement coincé dans ton monde de bisounours que tu penses que toutes les personnes sont des habitants qui vivent en paix, sans aucun flic ? Ou que les flics, c'est des putains de robots ? Tu regardes trop de films Andrew ! Après avoir balancé ses quelques questions, ton ventre grogne subitement, t'es affamé, presque à l'agonie, t'es presque sûr que le voisin d’à côté à lui aussi entendu ton ventre crier à l'aide tellement que t'as la dalle. T'es tellement dans un sale état aussi Andrew, tes vêtements pues et on pouvait entrevoir quelques puces qui sautent aux travers de tes mèches de cheveux. T'es vraiment dégueulasse, mais en même temps, il ne fallait pas s'attendre à un mec nickel propre quand ont vie dans une forêt pendant plusieurs semaines, voir même un mois, tu sais plus, tu ne sais même plus quel jour on est aujourd'hui...

J'ai oublié de manger avant de partir....

Mensonge ! Quelle vilenie !

Joke sortit subitement de sa balle pour se placer entre vous deux, rabattant ses mots par la même occasion, il profite de ta confusion pour t'offrir une tape sur la tête en guise de punition alors qu'il se racle poliment la gorge pour débuter une conversation un peu plus poussée avec le jeune inconnu qu'il ne connaissait pas.

AIE PUTAIN ! MAIS EUH !

Pas de gros mots ! Voyons Andrew, c’est la moindre des politesse de te retenir et ainsi d’éviter de sortir autant de vulgarité alors que nous sommes en compagnie d’un invité !

Il te gronda ouvertement tandis que t'essayes de t'enlever les petits picotements qui ne cessent de titiller ton cuir chevelu, l'une de tes mains viens frotter ton crâne en guise d'anti-douleur alors que ton pokémon continue de discuter poliment avec Riley, sans vraiment faire attention à toi.

Désolé de vous importuner monsieur, mais je devais établir une certaine vérité devant les dires mensongers de mon dresseur. Cette chose qui me sert de dresseur n'a point manger depuis quelques jours, nous mourrons de faim, nous , ses compagnons, ainsi que lui-même, il vit de....

Pris dans un élan de panique, tu commences à le prendre dans tes bras tandis que tu lui plaques brutalement l'une de tes mains contre sa bouche. Tu ne voulais certainement pas confronter Riley avec tes foutus problèmes, surtout que tu savais qu'il allait encore une fois ce foutre de ta gueule.

Il.... Il déraille... Donne-moi un petit truc à bouffer pour lui et je me casse, promis.

L'air affreusement gêné, tu voulais encore une fois fuir devant tes problèmes, devant les gens. Puis de toute façon, ce n'est certainement pas lui qui va t'aider....
Inspecteur
Voir le profil de l'utilisateur
Inspecteur
avatar
Icon :
Messages :
258
L'âge du personnage :
20
Métier :
Inspecteur
Habitation :
Quartier buruu
Pokédollars :
2875
Niveau :
26
258
20
Inspecteur
Quartier buruu
2875
26
// Mer 17 Oct - 3:12
Comment ne pas perdre la tête ?
Il est irrité, Riley. Il n'a pas le temps dans placer une avec cet idiot qui ne cesse de jacasser. Il est de plus en plus saoulé, lui qui est pourtant fatiguait et rêvait de pouvoir pioncer. Cet idiot de Andrew ne cesse de causer, bafouillant presque des excuses stupides car après tout, comment pouvait-il croire ce type ? Il se perd lui-même dans des paroles, cherchant probablement un moyen de se tirer de là. C'en est pitoyable et prêt à le faire taire une autre voix s'invite à la conversation sans que le jeune homme ne puisse en voir son propriétaire, sur le coup tout du moins…

À sa plus grande surprise, un Pokemon sort d'une ball, se trouvant probablement dans les poches ou le sac de ce type. Un Roigada lui fait face, lui parlant comme s'il s'agissait de quelque chose de naturel et peut-être est-ce le cas. Il a déjà entendu parler de certains Pokemon capables de parler la même langue que les humains, en temps normal cela touche principalement les spectres, réincarnation de l'esprit de certains morts, mais certains Pokemon de type psychique sont parfois intelligent au point de pouvoir communiquer, que ça soit de vive voix ou par télépathie. Il n'a jamais cru à toutes ces conneries qui sont à ses yeux que des histoires pour enfants, mais visiblement il avait tout faux…

Le Pokemon lui explique la situation, tout du moins il essaye jusqu'à ce que l'autre, son pseudo maître, l'interrompt pour chercher à démentir les paroles de son Pokemon. Lassé, Riley allume son AP, agrandissant un peu plus la fenêtre holographique et entre dans la base de donnée de tous les habitants de la ville afin retrouver celui de ce type. Voilà, c'est chose faites. Andrew Smith. Il lit rapidement son dossier, allant sur les derniers informations avant de tout éteindre et de fixer son regard sur le pauvre Roigada et son dresseur.

Plus de travail, plus de logement. Bref, t'es devenu un SDF quoi et t’espère trouver une âme charitable pour te venir en aide. Ridicule…

Passant une main dans ses cheveux, il se met à frissonner sous un coup de vent. Le temps c'est salement rafraîchis et à force de rester sur le balcon dans une pareille tenue risque de lui faire attraper une merde.

J'ai pas envie de choper la crève ou que les voisins s'interrogent donc entrez et touchez à rien !

Il retourne à l'intérieur de sa chambre, récupérant un peignoir qu'il enfile. Non pas qu'il soit pudique mais souhaitant se protéger du froid, il préfère se vêtir ainsi.

Ah au fait, je suis Inspecteur, d'où la présence de cette arme et ce que t'as fait c'est quasiment de la violation de domicile. J'espère que t'as une autre excuse à me fournir. Putain et t'as traîné où ! T'es dégueulasse ! Vas prendre une douche je veux pas d'un mec dans cet état chez moi ! Et j'espère que t'as des fringues propres ! C'est la porte juste en face !

Comme s'il avait que ça à foutre de gérer ce type à une heure aussi tardive mais hors de question de le laisser foutre le bordel dehors autour de sa résidence.
Code ©️ N3M0
Contenu sponsorisé
//
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: