Aftermath... • ft. Akeem Llancaster
Andrew Smith
Team Instinct
141
24 ans
Em. dans un Fastfood
Quartier Machi
800
20
avatar
Icon :
Messages :
141
L'âge du personnage :
24 ans
Métier :
Em. dans un Fastfood
Habitation :
Quartier Machi
Pokédollars :
800
Niveau :
20
// Ven 13 Avr - 23:14


Aftermath...
Ta conscience ne cesse de vagabonder, à la recherche d’un monde parfait, sans ton pote ensanglanté qui essaye de te poursuivre, ou ses foutus parents qui ne cessent de te juger, ou encore ton adorable petit frère qui pleure toutes les larmes de son corps, à la recherche de son grand frère adoré. Tous ses fantômes du passé qui te tourmentent à chaque fois que tu fermais les yeux ou que tu étais en transe, il t’effraie, t’emmerde, et te pousses à regretter tes choix, à te cacher, te terrer dans un coin pour être oublié. Voilà que tu tombes dans le vide, emporter pour le poids de tes regrets et de tes peurs, tu t’éclates contre le sol, tes entrailles se répandent au sol et te voilà de retour dans la réalité. Ton corps se relève brutalement dans un sursaut presque trop violent pour toi, tu bascules presque de ton petit morceau de béton qui te sert de lit, t’es essoufflé, apeuré. Presque instinctivement tu tâtes chaque parcelle de ta peau pour savoir si tu es encore en un seul morceau, un rêve trop réel, t’avais réellement l’impression d’être écrasée et éparpillée en mille morceaux sur l’un des trottoirs de la ville. Quelques goûte de sueur perle contre ta peau brûlante, chatoyé par les quelques rayons filtrés par les barreaux de ta fenêtre. La chaleur de ces derniers te réveille doucement. Tes yeux papillonnent légèrement, le temps de s'habituer à la lumière et ton corps se raidit un moment pour s'étirer longuement. Tu finis par reprendre tes esprits, ton souffle se fait plus lentement alors que tu ouvres tout grands tes billes noisette. Elles se baladent, fouillent la pièce du regard avant de se poser sur une boule de poils qui te câline amoureusement, sa gueule blottit contre ton ventre, l’une de ses pattes posées contre ton torse, tu relèves brusquement la tête pour essayer de l’identifier. Celle-ci te lance violemment et t'ordonne par un mal de tête impitoyable de te recoucher immédiatement. Mais t’es trop déterminé à vouloir savoir si c’est bien ton loup ou un mec beaucoup trop poilu... On ne sait jamais... Tu reconnais presque immédiatement son grognement déplaisant et ses yeux légèrement entrouverts pour te fixer d'un regard amer, oui, c’est bien Loulou ! Il n'y a que lui pour te regarder avec cette envie de te bouffer entièrement, juste par ce que tu l’as réveillé... Étouffant un bâillement, tu jettes un coup d’œil à la fenêtre qui te fait deviner l'heure. Il ne doit pas être loin de midi, l'astre étant quasiment à son point culminant. Tu t’aperçois enfin que tu n’es pas chez toi, ou même chez l’un de tes potes, mais en cellules, des bribes d'images jaillissent au même moment pour te bourrer le crâne sans pitié. À vrai dire, tu ne te souviens pas de tout, t'as des trous noirs un peu partout et t'es incapable de te remémorer parfaitement la soirée. Mais suffisamment pour savoir comment ça s'est terminé. Les marques qui couvrent ton corps de part en part ne font que confirmer ton hypothèse. Nouvelle contorsion de ton joli minois, tu ne pensais pas que cette soirée d’amusement allait finir de façon aussi merdique, et maintenant, te voilà dans une putain de cellule de dégrisement, en plus d’avoir encore la tête dans le cul.

Andrew ! C’est l’heure de te réveiller ! Je pense que tu assez décuver comme ça, et puis, les mecs qui t’ont attaqué sont surement reparties chez eux depuis le temps. Je te donnerai des nouvelles si j’arrive à les retrouver. Mais pour l’instant... Rentre chez toi et essaye de dresser ton putain de clébard ! Il devient trop dangereux…

Même si tu as la sensation que ton corps est lourd, que ta tête va exploser à tout moment. Tu comprends vaguement les quelques ordres donnés par cette voix si familière. C’est la seule personne sérieuse que tu connais, admit depuis un moment comme inspecteur et particulièrement attendri par toi et ton comportement idiot. Tu pourrais presque le confondre avec ta mère tellement qu’il s’occupe de toi. C’est ton point de repère, celui qui t’engueule quand il le faut, celui qui te montre un peu l’exemple à suivre, même si, tu ne suis jamais les exemples, car t’es le genre à faire ce que tu veux. L’une de tes mains secoue légèrement tes cheveux déjà mal coiffés, tu ne cesses de t'envoyer des claques intérieurement pour essayer de te remettre d’aplomb, encore un peu endormie, ton esprit est encore légèrement embrumé alors que tu essayes de lui répondre de ta voix éraillée.

Ouais...Arrive…

T’aligne ses quelques mots tout en grommelant quelques injures à peine compréhensibles pour exprimer cette envie pressante de casser la gueule à ses connards qui n’ont cessé de t'importuner la nuit dernière. Loulou semblait être dans le même état que toi, sauf que lui, il jurait simplement contre sa muselière que l’un des policiers était obligé de placer sur le pauvre canidé endormi, tu ne sais pas si c’est juste la sensation d'être emprisonné, ou la sensation du cuir ou du métal contre sa gueule qui le rend aussi hargneux. Un léger frisson parcourt ton pauvre corps endoloris, quelques ecchymoses qui parcelle ton torse imberbe qui est complètement dépourvue de tissu, dévoilé ainsi aux yeux de tous. Ne disposant pas de haut, tu ne sembles pas pour autant gênée d’être torse nu, au contraire, t’en est fière, fière se montrant ses cicatrices qui recouvrent chaque parcelle de ton corps, tracé par les aléas de la vie. Loulou s’échappe de la cellule pour pousser un grognement contre ton ami policier, lançant par moments des regards noirs envers chaque inconnue qui pouvait le fixer, ses yeux d’un rouge vif luisaient d’une envie meurtrière, celle de fracasser des têtes, broyer des os avec sa gueule, crocs sorties, il se retrancha vers toi alors que tu venais à peine de sortir de la cellule, tes yeux encore légèrement plissés, une moue grimaçante alors que tes cheveux sont toujours aussi mal coiffé, des épis semblent encore se rebeller.
141
24 ans
Em. dans un Fastfood
Quartier Machi
800
20
Akeem Llancaster
Habitant
32
24 ans
Designer de bijoux à temps partiel
Quartier buruu
2350
5
avatar
Icon :
Messages :
32
L'âge du personnage :
24 ans
Métier :
Designer de bijoux à temps partiel
Habitation :
Quartier buruu
Pokédollars :
2350
Niveau :
5
// Dim 15 Avr - 0:39
Ici
Akeem
Llancaster
Andrew ? Ici ?

Akeem était encore un fatigué de sa mâtiné douloureuse. Après son réveil il s'était traîné à l'hôpital pour recevoir quelques soins mais celui ci était déjà débordé d'arrivants en plus ou moins mauvais état. De fait il n'avait reçu que le strict nécessaire : bandage pour les doigts ayant des entorses, un coup d'antiseptique et des anti-douleur. Au besoin il repasserait. Un anti-douleur et un petit déjeuné dans le ventre plus tard, Akeem s'était rendu au QG des inspecteurs. Il dû là encore patienter, s'ajouter à la longue listes des plaintes de la nuit et sortit enfin, lessivé. Il n'avait pas encore acheté de maquillage alors sa joue bleuie était encore bien visible, tout comme ses cernes, son lobe d'oreille abimé et surtout bah ses doigts bandés. Un peu en mode veille, il appuya sur le bouton de l'ascenseur quand un grognement bestial lui fit tourner la tête. Un lougarok muselé en était le coupable, tandis qu'à ses côtés un jeune homme émergeant du sommeil sortait de cellule de dégrisement. L'ascenseur s'ouvrit mais Akeem ne le prit pas, à la place il s'approcha un peu dans le couloir pour mieux voir car l'individu lui disait quelque chose de loin. Il fit le point mental et la révélation se fit : Andrew !

Un Andrew torse nu même. Akeem ne peut s'empêcher de rougir devant cela, et aussi devant les cicatrices et bleus plus récents, pensant que tout ceci était plutôt intime, comme une partie de sa vie mise à euh... bah à nue. Néanmoins, le jeune homme était ravit de voir une tête connue. D'une voix plus faible qu'il l'aurait voulu et sans oser s'approcher à cause du pokemon agressif et de l'inspecteur il déclara :

- Hey, bonjour Andrew ! .... Bonjour Inspecteur.


Avec un petit sourire penaud il ajouta :

- Mauvaise nuit aussi ?


Les yeux d'ambres d'Akeem semblaient nettement moins malicieux et confiants qu'à leur première rencontre, plus ternes et fatigués plutôt, sa démarche aussi était pénible tandis que sa simple chemise de soie marron n'était même pas égayée de bijoux. Néanmoins, Andrew ne semblait pas en meilleure forme.

- Oserais-je te demander si tu vas bien ?


Malgré la situation peu glorieuse, Akeem essayait de ne pas regarder le torse quand même, se concentrant sur les cheveux mal coiffé de son interlocuteur et tâchant d'oublier les messages compromettants qu'ils avaient échangé. Enfin, plutôt Akeem et les potes d'Andrew en fait, à propos de se toucher la nouille et de voir Andrew nu... Par exemple. De toute façon il n'avait pas trop la tête à ça pour le moment et demanda :

- On descend ensemble ?

Il pointa l'ascenseur du doigt.

32
24 ans
Designer de bijoux à temps partiel
Quartier buruu
2350
5
Andrew Smith
Team Instinct
141
24 ans
Em. dans un Fastfood
Quartier Machi
800
20
avatar
Icon :
Messages :
141
L'âge du personnage :
24 ans
Métier :
Em. dans un Fastfood
Habitation :
Quartier Machi
Pokédollars :
800
Niveau :
20
// Dim 13 Mai - 4:15


Aftermath...
Loulou n'arrête pas de tapoter son museau contre l'un de tes bras. L'effet de son museau humide fait légèrement frémir ton épiderme, t'as la chair de poule maintenant. Ta mâchoire se décroche dans un dernier bâillement avant de t'approcher de la gueule de ton chien, tes doigts pinces la muselière et le défait de son emprisonnement, la muselière en cuir tombe lourdement contre le sol dans un bruit sourd, celui-ci résonne dans la pièce, tout de suite, les inspecteurs stoppèrent leurs routines pour défigurer le canidé sauvage, celui-ci retrousse ses lèvres, lèches allègrement ses crocs avant de grogner amèrement contre toi, un signe d'affection pour toi, enfin, t'espère. Malgré ses airs ronchons et son regard noir empli de rage, ton clebs s'approche doucement de toi pour venir se lover contre toi, sa fourrure chatouille allègrement ton torse, tu bloques presque instinctivement un rire dans ta gorge, l'étouffant tout doucement pour éviter d'être le sujet d'attention dans les bureaux, voulant désormais faire profil bas pendant un petit moment.

Tu as vraiment de la chance pour cette fois-ci ! Mais pas trop de connerie Andrew, sinon tu vas finir par être sur la sélecte.

Ton pote inspecteur n'avait pas tort Andrew. Mais ne pas faire de connerie et être sage ce n'est pas trop ton truc, après tout, la vie aurait moins de mordant si t'avais pas tes conneries avec toi.

M'ouais...

Disais-tu d'un air presque boudeur, lèvre retroussée, ta mine de chien battu. Disons que tu savais que tu n'allais pas l'écouter, encore une fois. L'inspecteur ne peut que répondre d'un soupir, légèrement agacé sans doute, mais désormais il semble gêné, oh... Il allait surement te proposer de venir chez lui boire un verre ou de te ramener chez toi sans doute, tu n'as pas encore assez de jugeote pour remarquer son air anormal et peut-être te dire qu'il a bien plus envie que tu sois dans son lit qu'autre chose, un grand patient cet inspecteur, dommage qu'il est tombé sur un con qui ne capte vraiment rien. Mais voilà qu'un inconnu coupe court à votre discussion, casse l'élan de l'inspecteur et enlève toute probabilité d'invitation.

Hey, bonjour Andrew ! .... Bonjour Inspecteur.

Une voix faible, mais présente semble épeler ton nom, mais rien ne semble venir à tes tympans, ta tête est encore légèrement embrumée, une volute de fumée étouffe cette voix faiblarde et t'empêche de l’entendre.

Hey Andrew ! Ce jeune homme t'appelle !


Tu relèves l'un de tes sourcils en signe d'étonnement. Les yeux légèrement écarquillé, ton regard glisse vers la personne qui est pointée du doigt par le jeune inspecteur. Tes sourcils se plissent légèrement, essayant d’identifier la personne, et après plusieurs minutes à le détailler bêtement en essayant de l'apercevoir le plus net possible. T'arrive enfin à capter la présence du jeune bourgeois que tu avais rencontré une fois dans ton lieu de travail, petit cul, c'est pour le moment, tout ce que tu arrives à te rappeler.

Bonjour monsieur ! Vous êtes un ami d'Andrew ?

T'ose lui balancer un léger coup de coude dans les côtes pour le faire taire. Disons que la question est trop intime et bien trop gênante à ton goût. Tu ne sais pourquoi t'as un geste aussi brutal, peut-être un peu de jalousie ? T'en sais trop rien Andrew, et puis de toute façon, tu serais incapable de l'avouer.

Lut' petit cul !

Tes lèvres s'étirent dans un large sourire malicieux. T'avais prononcé cette phrase d'une voix bien trop faiblarde à ton goût, légèrement enrailler, tes cordes vocales n'ont pas encore repris leur teinte normale. L'un de tes bras se lève douloureusement pour venir saluer la personne que tu reconnais parfaitement, se chère Akeem. L'inspecteur profita pour pointer du doigt ton torse imberbe mise à nu, étouffant presque un rire moqueur d'entre ses dents. Et là c'est le déclic, une légère décharge traverse ton corps jusqu'à ton crâne, te fait un signal d'urgence, et d'un geste brusque, tu ramènes tes mains pour les croiser et ainsi cacher tes tétons, mais aussi une bonne partie de ton torse. Tes joues s'empourprent légèrement, telle une gonzesse qu'on aurait aperçu les boobs à l'air, sauf que t'es pas une gonzesse non plus Andrew... Mais bon…

Donne moi un haut... J'suis à poil...

C'est juste un torse Andrew... Soit pas gêner, tu n'es pas une fille tu sais…

Chose qu'il ne fallait pas dire à ce chère Andrew. Sourcils froncés, le nez légèrement retroussé pour se donner un air plus agacé, voilà que tu le dévisagea d'un regard noir, emplie de rage, enfin presque, car t'as tête ne correspond pas du tout à ce que tu voulais faire et te rends bien plus mignon, ta lèvre inférieure est légèrement retroussée, désormais t'as un air presque boudeur incrusté sur ton joli minois. L'inspecteur ne peut qu'étouffer un rire moqueur entre ses lèvres pincées, il galère à se retenir, tu le vois bien à son visage crispé comme s'il allait démouler un cake maintenant... Ta tête se détourne de lui dans un geste brusque, ton menton légèrement remonté, tu lui tourne le dos en signe de boudage intensif, et maintenant tu te concentres davantage sur Akeem, relâchant tes bras, ils s'étirent contre ton corps, les bras ballants, tu avances d'un pas assuré vers lui. Loulou semble hésitant à te suivre, mais ne voulant pas se retrouver seul avec ses inspecteurs, il emboîte le pas et reste légèrement en retrait derrière toi.

Mauvaise nuit aussi ?

M'ouais...

À bientôt Andrew ! N'oublie pas de venir un jour chez moi pour venir boire un verre !

Tu es résignés à lui répondre. Comme pour le punir de sa phrase légèrement blessante, tu ne fais comme si-tu n'avais rien entendu de sa part.

Oserais-je te demander si tu vas bien ?

T'as un moment de latence avant de comprendre la question, t'as du mal à émerger pour de bon, l'une de tes mains vient frotter tes yeux légèrement embrumés, les cernes violacés sous tes yeux sont un témoignage de ta nuit quelques peut... Mouvementé. T'hésite grandement à lui dévoiler toutes tes petites aventures de cette nuit, ou simplement lui répondre de manière vague et de mentir juste un peu, t'as pas envie qu'il te voit comme un foutu délinquant ou une mauvaise personne. Indécis, t'ose juste bredouiller ses quelques mots de ta voix toujours aussi enrayer.

J'vais bien, t'inquiète pas, j'suis solide...

Tes lèvres s’étirent dans un sourire presque forcé, tu t'en voudrait presque de lui mentir autant Andrew. Mais t'as pas vraiment envié qu'il s'inquiète pour toi, ou autres une connerie du genre. Tu ne mérites pas autant d'attention....

On descend ensemble ?

Euh... Si tu veux ouais....

Légèrement décontenancé par sa proposition, t'as un léger mouvement de recul alors que ta bouche forme un "o", disons que tu ne t'attendais pas à ce genre de proposition, et t'avais accepté sans vraiment réfléchir, et sans même penser à Loulou qui grogne derrière toi.

Dis... Loulou...ça te dérange pas d'aller à la pension... Voir si les autres vont bien ?

Ton chien n'est pas con, il sait bien pourquoi il ne veut pas de toi dans les pattes. Voilà qu'il se met à grogner envers Akeem, un regard légèrement jaloux, il le dévisage ainsi pendant quelques minutes avant de claquer sa mâchoire en signe d'énervement, malgré ça, il s’exécuta sagement et se dirigea comme un grand vers les escaliers, un dernier regard son dresseur, affectueux, presque trop doux, avant de disparaître dans les longs couloirs des escaliers, en route vers la pension pokémon. Tu remercias intérieurement la sage décision de ton Lougaroc, enfin t'allais être seul avec Akeem. Un soupire s'échappe d'entre tes lèvres légèrement entrouvertes, t'es soulagé, et désormais te voilà un peu plus confiant, au point de t'avancer en premier vers l'ascenseur en appuyant machinalement sur le bouton avec l'un de tes doigts légèrement recouverts de sang sécher...

J'aurais bien voulu t'inviter quelque part, mais disons que je suis un peu recouvert de sang....

Tu venais juste de le capter, mais ton pantalon en est recouvert, t’ose même pas te demander si c'est le tien ou celui d'un autre. Après cette réflexion, tu ne pouvais que lâcher un rire nerveux, t'arrive pas à le retenir et celui-ci s'échappe d'entre tes lèvres. Pas le temps de discuter, ni même de penser, voilà que la porte métallique s'ouvre dans un grincement sinistre. L'ambiance est pour le moment pesant, et tu n'avais même pas remarqué les diverses blessures qui parsèment le corps d'Akeem, encore légèrement mal réveillé, et un peu trop distrait pour le moment. L'une de tes mains attrapes celle d'Akeem et le tire vers toi pour le faire rentrer dans la boîte métallique, désormais que tous les deux, vous voilà dans un autre monde, silencieux et apaisant, les portes se ferment, et désormais tu peux mieux te relâcher. Tes bras s'étirent vers le haut dans un léger gémissement, dévoilant un peu plus ton torse imberbe, hormis, cette petite ligne qui remontait subtilement de ton jean jusqu'à ton nombril, discrète, mais suffisant pour attiser l'attention des passants, tel qu'Akeem. Maintenant que tu es seul avec lui, tu prends le temps de le détailler davantage, d'un regard presque malsain, et c'est seulement maintenant que tu remarques ses petites traces violacées qui parsèment son corps, ses cernes légèrement violacés ainsi que son lobe d'oreille abimé. Tu viens seulement de t'en rendre compte, mais Akeem ne brille plus de cette aura aveuglante, celle-ci est terme, ses yeux ne reflètent plus cet air vaguement malicieux, mais légèrement fatigué, un air attrister. Ses couleurs sont beaucoup trop terme, et bizarrement, toutes ses questions qu'il avait posées bien avant donnent un tout autre sans. Tu t'en veux tellement de ne pas l'avoir remarqué avant Andrew, mais tellement... Une certaine hargne s’immisce doucement en toi, en colère contre toi, mais aussi en colère contre la personne qui a osé ternir un si beau visage.

Akeem...

Disais-tu d’une voix légèrement attrister. D’un pas hésitant, tu t’avance doucement vers Akeem, pour mieux détailler la blessure incrusté contre sa joue. Dans un déhanchement bien trop rapide, tu te retrouve désormais en face d’Akeem, quelques centimètre vous sépares. Tu pourrais presque sentir son souffle chaud contre tes cheveux, légèrement plus petit, tu lèves maladroitement les pieds pour être à sa hauteur et ainsi mieux regarder son visage blessé, ton regard plonge malgré toi contre le sien, tes pupilles reflètement légèrement de la surprise, mais aussi une certaines compassion envers Akeem, triste de voir un si beau visage salit, triste de voir une si belle personne être terni par un simple bleu.

D’où t’as un bleu ?! je ne sais pas quelle est l’enflure qui a fait ça... Mais j’espère pour lui qu’il va morfler et pourrir en enfer…

Tu étais très sérieux Andrew, même un peu trop un mec comme toi. Mais tu ne pouvais pas laisser de glace un tel acte, tu ne pouvais que réagir ainsi, et encore, t’es pas énervé, loin de là, juste agacé, et attristé. Sans t’en rendre compte, ton torse collait pratiquement celui d’Akeem, t’avais simplement la sensation de chaleur, un léger frottement de tissu contre ton épiderme, mais éternellement con, tu ne pouvais pas faire le lien entre ses sensations et le torse d’Akeem. Ton corps profite allègrement de ce plaisir éphémère avant que tu te décida de jouer les mamans en effleurant de tes lèvres la trace violacé qui orne la joue du petit cul, un baiser furtif, léger, doux, un simple bisous pour guérir sa plaie, et pour profiter de la douceur de sa peau, même pendant quelques secondes, t’en a bien profiter. Une sonnerie retentit, signalant l’arrêt de l'ascenseur, et avant qu’il ouvre brutalement ses portes, tu t’éloigne d’akeem en manquant de peu de tomber à la renverse, ton corps toujours aussi endoloris, tu ne fais que laisser un gémissement déplaisant s’échapper d’entre tes lèvres et de balbutier cette petite phrase.

Bisous magique...
141
24 ans
Em. dans un Fastfood
Quartier Machi
800
20
Akeem Llancaster
Habitant
32
24 ans
Designer de bijoux à temps partiel
Quartier buruu
2350
5
avatar
Icon :
Messages :
32
L'âge du personnage :
24 ans
Métier :
Designer de bijoux à temps partiel
Habitation :
Quartier buruu
Pokédollars :
2350
Niveau :
5
// Lun 4 Juin - 0:23
Ici
Akeem
Llancaster
Andrew ? Ici ?
Andrew n'était décidément pas en meilleure forme que lui, ayant visiblement du mal à le capter et les vêtements tâchés de sang n'arrangeaient en rien son apparence déjà fatigué. Quand à son attitude après l'avoir reconnue, elle était drôlement comique et un sourire effleura même son visage à l'appellation "p'tit cul" qui aurait pu le vexer, mais compensée par une voix faible. Ah décidément, aujourd'hui ils formaient un duo assortie comparé à d'habitude ! Est ce que c'était Akeem ou l'inspecteur venait d'avoir un drôle de regard envers le blond ? Mmh, le Llancaster nota cela dans un coin de sa tête. Quand au Lougaroc et bien... Celui ci n'inspirait pas une grande confiance au jeune homme. Un pokemon qui claque des mâchoires à son encontre, ce n'était pas ce qu'il appelait une preuve d'affection. Heureusement qu'Andrew le renvoya, Akeem n'avait pas envie de monter dans un ascenseur avec un animal agressif ! Ce fut le blond qui finalement se chargea de l'ascenseur, sous l'oeil inquiet d'un Llancaster essayant de juger de l'état de ses blessures, aussi fut il surprit quand Andrew lui attrapa la main pour l'attirer, sa pauvre main bandée, ce qui lui fit lâcher un grognement de douleur par réflexe et le força à vite faire suivre ses jambes.

- J'aurais bien voulu t'inviter quelque part, mais disons que je suis un peu recouvert de sang....

Long regard du jeune homme halé qui se demandait si c'était une blague : il n'était pas au mieux non plus ! Hors de question d'aller quelque pars avec un bleu sur sa joue !

- Akeem...

Venait il juste de remarquer ? Akeem aurait presque pu lui faire une remarque sarcastique à ce sujet mais l'état d'Andrew et la sincérité de son regard lui en coupèrent l'envie.

- Ce...

"Ce n'est rien", voilà ce qu'il aurait voulu dire mais les mots moururent sur ses lèvres. Le jeune homme se sentait mal à l'aise, honteux de se montrer dans cet état pathétique à cause de sa faiblesse, de son incapacité au combat. Mais il y avait aussi autre chose, un subtil désir venant s'insinuer en lui en voyant Andrew si prêt, trop prêt, ses yeux parcoururent son torse proche, glissant naturellement sur cette petite ligne qui l'incitait à regarder plus bas. Toutefois le moment était mal choisi et il se sentait trop fatigué pour être vraiment excité. Peut être une autre fois...

- D’où t’as un bleu ?! je ne sais pas quelle est l’enflure qui a fait ça... Mais j’espère pour lui qu’il va morfler et pourrir en enfer…

Son regard reflétait à présent de la surprise. En fait, il ne s'attendait pas vraiment à recevoir de la compassion. Non pas qu'il pensa Andrew insensible, mais Akeem avait aperçu quelque chose de dérangeant aujourd'hui dans certains regards. Quelque chose qui ressemblait à des "c'est un gosse de riche, c'est bien fait pour lui." "ça lui apprendra la vie." "il n'a pas à se plaindre, il vie dans le confort, certains se font taper tout les jours.". Les inspecteurs étaient surchargés de travail et n'avaient pas vraiment eu le temps - ou l'envie - de se montrer très emphatiques et le Llancaster n'avait pas réalisé à quel point un peu de réconfort lui manquait jusqu'à ce moment. Pourtant le jeune homme blond alla plus loin, déposant ses lèvres sur sa joue. Cette fois là ce fut Akeem qui rougit, durant un bref instant le temps lui sembla comme suspendu. En fait il trouvait ça.... mignon. Il ne bougea pas, ne sachant trop quoi faire et ne voulant pas brisé le moment. A la place de se sentir excité par leur proximité, le jeune homme ressentit une douce chaleur de confort l'envahir qui hélas s'interrompit trop tôt à l'ouverture de la porte. Andrew recula soudain avec pour seule excuse :

- Bisou magique.

Malgré cette maladresse, cela redonna à Akeem le sourire, un vrai sourire qui monta jusqu'à son regard comme si Andrew venait effectivement de le guérir au moins intérieurement, rallumant la flamme intérieur, attisant les braises de son assurance.

- Merci.

Akeem sortit de l'ascenseur, regardant s'il suivait. Ne voulant décemment pas arrêter la conversation là, le jeune homme lui donna des précisions.

- J'ai été cambriolé hier, je n'ai pas été très doué pour me défendre. Toutefois j'ai été faire une déposition.

On ne pouvait pas dire qu'il souhaitait s'étendre sur le sujet, aussi mit il délicatement la main gauche (non bandée) sur son avant bras, pour le réconforter aussi :

- Et toi, ça ira ? Que c'est il passé pour que tu sois blessé ? Pourquoi ne t'ont ils pas amené recevoir des soins au lieu de t'emprisonner ?

N'étant pas ingrat, Akeem souhaitait lui aussi apporter son soutient à sa mesure à Andrew et était prêt à lui payer un rendez vous médical si le besoin s'en faisait sentir malgré que celui ci lui ait affirmé "aller bien" tout à l'heure. Honnêtement, pour s'être montré sexy, mignon, amusant et réconfortant, Andrew le méritait amplement.

- Y a t'il quoique ce soit que je puisse faire pour toi ? Si tu as besoin de faire une déposition, je peux t'accompagner.

Cela voudrait dire faire demi tour mais qu'importe ! Le Llancaster n'était pas dupe et il savait que les hommes riches étaient souvent plus écoutés qu'un... balayeur de fast-food - il aurait été hypocrite de ne pas l'admettre et ses parents lui avaient déjà enseigné cette base. De plus, son vocabulaire plus fournis que l'employé pourrait surement l'aider à remplir les papiers. Le regard d'Akeem était à son tour très sérieux et sa voix posée à cette proposition. Il ajouta de façon plus légère :

- Quand à m'inviter quelque pars, nous verrons cela plus tard...

Il enleva doucement sa main d'une caresse en souriant de nouveau malicieusement. Akeem ne savait pas trop à quel jeu il jouait de faire ça, mais il avait envie de se sentir un peu important dans les yeux du blondinet, et ce avant que l'inspecteur ne lui mette le grappin dessus. De plus, il ne pensa pas qu'Andrew ait déclenché la bagarre - ou autre - l'ayant couvert de sang : bien que le connaissant que peu, le balayeur lui semblait plus maladroit que méchant, et un homme mauvais ne lui ferait surement pas de "bisou magique". La sortie n'était plus bien loin, ce qui voudrait dire bientôt devoir repartir chacun de son côté, et Akeem voulait grapiller encore quelques instants de compagnie.

32
24 ans
Designer de bijoux à temps partiel
Quartier buruu
2350
5
Andrew Smith
Team Instinct
141
24 ans
Em. dans un Fastfood
Quartier Machi
800
20
avatar
Icon :
Messages :
141
L'âge du personnage :
24 ans
Métier :
Em. dans un Fastfood
Habitation :
Quartier Machi
Pokédollars :
800
Niveau :
20
// Jeu 14 Juin - 1:43


Aftermath...
Tu ne sais que dalle sur lui, ni même pourquoi il était venu ici. Et maintenant c'était le moment le plus gênant, celui de supporter ses réactions, celui d'affronter son regard. C'est bien mignon de faire des petits bisous, mais tu ne sais même s'il en avait envie et s'il était de ce bord-là, car faut le savoir, ce n'est pas un hétéro qui va aimer recevoir un bisou magique d'un autre mec ! Emprisonner dans une si petite pièce, tu suffoquais presque Andrew, t'étouffant dans ta honte, dans ta gêne. Une fois les portes ouvertes, tu balances ton corps en avant pour te ruer à l'extérieur, respirer une bouffée d'air frais et ainsi reprendre tes esprits. Tu n'as pas voulu détailler sa réaction, ni même admirer son magnifique sourire, t'as juste vaguement entendu un merci à peine audible avant que tu te barres comme un lâche, mais le petit cul ose te suivre l'air bien plus... Heureux ? Aurait-il aimé ce genre de chose ? Donc il aime les mecs ? T'en sais foutrement rien Andrew, mais t’espère un tant soit peu, juste pour ton bonheur. Et maintenant vous êtes tous les deux comme des cons, planter en plein milieu de l'entrée du bâtiment, un grand hall d’accueil qui grouille de personne en tous genres, habitant, exécuteur, inspecteur.

J'ai été cambriolé hier, je n'ai pas été très doué pour me défendre. Toutefois j'ai été faire une déposition.

T'as un léger mouvement d'épaule suite à la surprise qu'il te parle encore, après ce que tu viens de faire, tu pensais sérieusement qu'il allait rejeter amèrement pour te balancer un petit "dégueulasse", mais avec ses termes un peu plus poussés. Pour autant tu n'es pas vraiment en joie de savoir que le pauvre s'était fait cambrioler de façon odieuse, et bizarrement, t'as un léger pincement au cœur en pensant à certaines maisons que tu voles toi-même dans les quartiers les plus aisées. Tu le savais bien au fond de toi qu'Akeem est réellement différent de toi, appartenant à un autre monde opposé du tien, et c'est ce qui fait tout son charme pour toi, c'est cette fameuse aura totalement différente de toi qui t'attires autant... Alors savoir qu'il s'est fait cambrioler par peut-être des potes à toi ou des mecs lambda que tu connais à cause des diverses conneries que t'as faite... Tu as mal, vraiment mal...

Et toi, ça ira ? Que c'est il passé pour que tu sois blessé ? Pourquoi ne t'ont ils pas amené recevoir des soins au lieu de t'emprisonner ?

D'un coup t'as une sensation de chaud posé légèrement sur ton avant-bras, un léger frisson parcourt la totalité de ton corps alors que le geste s'accentue pour sentir complètement la douceur et le contact de sa peau contre la sienne, brûlante et bien présente, t'as un léger mouvement d'épaule en signe de surprise alors que t'essaye de trouver les mots, quelque chose à dire, quelque chose à dire... Merde... Ton cerveau fulmine beaucoup trop et lance un appel à l'aide, il est en surchauffe, erreur; erreur... Les questions fusent contre toi, te lacère le cœur avec leurs lames de culpabilité, t’ose te sentir coupable devant autant d'attention alors que t'as fait tellement de connerie lors de cette soirée. T'oserais pas lui expliquer que tu te rappelles de rien et que ton clebs aurait lacéré et mordu plusieurs personnes qui auraient pénétré chez toi en forçant un peu la porte... Tu sais même pas les conneries que t'as faite Andrew... T'avais trop bu ce soir-là et tes potes t'ont guidé, comme d'habitude.

Y a t'il quoique ce soit que je puisse faire pour toi ? Si tu as besoin de faire une déposition, je peux t'accompagner.

Arrête d'être si attentionné, arrête d'être mignon...
C'était prévisible Andrew, après tout, il n'est pas comme toi, lui il ne fait pas de connerie, lui il ne se bourre pas la gueule au point de faire un tas de conneries et les oublier le lendemain, lui... Tu viens seulement de comprendre et de t'apercevoir de ce fameux fossé qui vous séparent, chancelant, tu manquerait presque de tomber dans le vide en voyant ça. C'est fou comme vous êtes tous les deux aussi éloigné, et pourtant, t'aimerais avoir une corde pour te rapprocher de lui autant que tu peux, te rapprocher en évitant ce gouffre béant et profiter de lui comme tu peux... Planter comme un con, tu n'arrives pas à lui expliquer ses choses qui défilent dans ta tête, dure la vérité est improbable et pas envisageable, et encore lui mentir, alors t'es coincé, comme un con, tu n'as pas de sauvegarde, ni de reset, tu ne peux juste te contenter de le fixer bêtement, l'air perdue brille dans ton regard, bien moins illuminé tout à l'heure, t'as pas d'éclat comme lui, mais on remarque bien que ton expression s'est assombrie davantage.

Quand à m'inviter quelque pars, nous verrons cela plus tard...

Arrête putain !
La vague sensation de sa peau te fait énormément d'effet, ça te rassure légèrement et te met un peu en confiance, mais avec toutes ses choses mignonnes, ça te fait légèrement dérailler. Andrew n'a pas l'habitude de recevoir autant d'attention, et penser de lui qu'il est si sage, c'est un peu choquant et malaisant pour toi Andrew, car t'es pas du tout comme ça, t'es le pire... Une vague caresse effleure ton épiderme alors qu'un léger frisson traverse ton bras et finit par mourir au creux de ta nuque, ça te fait frémir légèrement, au point de laisser transmettre une légère grimace tandis que tes pommettes prennent une couleur rosâtre, bizarrement, tu te sens un peu à l'étroit dans ton pantalon, mais ce n'était pas le moment d'être excité par quelques caresses et de se sauter dessus. Andrew reprends-toi bordel ! Et parle-lui franchement de ce que tu as sur le cœur, mais aussi des choses qu'il ne sait pas encore, ne le fou pas dans l'ignorance, ne réprime pas cette sensation, ne refais pas une nouvelle fois cette même connerie ! Mais impossible de placer un mot, impossible de te poser correctement sans être effrayé ou gêné. Maladroitement, tes mains viennent se plaquer contre ses bras pour le tenir fermement et ainsi lui imposer un temps de pause pour t'écouter une bonne fois pour toutes.

Arrête.....Arrête PUTAIN !

Disais-tu de ta voix faiblarde, légèrement enrailler, tu ne sais pas s'il pouvait sentir ton moment de panique et ta gêne, t'avais un flot de sentiment que tu savais guère contrôler, les ficelles qui tiraient chaque émotion s'étaient entremêlées entre elle et faisait tout et n'importent dans un flot d'erreur particulièrement dérangeante. T'étais complètement en panique totale, une goutte de sueur perle déjà contre ton front, pas encore prêt à lui révéler la vérité, et encore moins le fait que t'es qu'un pauvre connard qui fait des conneries au détriment des autres... T'avale ta salive dans un bruit presque malsain, t'as gorges est sèche, nouée, comment lui dire putain ? Ne trouvant pas vraiment les mots, ton cerveau n'a trouvé qu'une solution pour lui faire comprendre que t'es pas si innocent, mauvaise idée, très mauvaise idée, mais t'arrive pas à réfléchir un tant soit peu avec tout ce flot de panique en toi, les bruits sont incessants, tout semble aller beaucoup trop vite, comme si t'étais en plein tripe, alors que t'es complètement à jeun... Mon pauvre Andrew, tu commences sérieusement à devenir fou avec tout ça. Ton regard jongle entre les beaux yeux d'Akeem et le sol crade de la salle d’accueil, indécis, t'as une once d'hésitation avant de fermer définitivement les yeux et de plaquer avec force tes lèvres contre les siennes, levant légèrement les pieds, manquant de peu de tomber en avant, t'appuyant légèrement contre lui. Une nouvelle fois, ton corps profite allègrement de ce plaisir éphémère, plaquant ainsi de toutes tes forces, tes lèvres sont écrasées sur les siennes pendant un petit moment avant de lâcher complètement la pression et faire quelques pas en arrière. Un léger mouvement de recul, on entendrait presque un bruit de "smack" au loin tandis que ta tête tourne un peu plus, les bruits te refilent un mal de crâne, t'es de nouveau dans le brouillard, mais celui-ci est plus épais, plus oppressant. Bizarrement, tu sais pas si tu dois être heureux ou énerver de l'avoir embrassé avec force comme ça, en plus devant tout le monde, mais au moins les choses sont claires, enfin, t'espère un peu, car t'avais pas vraiment trouvé les mots pour expliquer les choses, et pour ajouter, t'ose lui balancer à la gueule....

Tu vois bien que j'suis pas comme toi ? MERDE QUOI ! ARRÊTE D'ÊTRE TROP MIGNON !

L’une de tes mains vient se plaquer contre tes lèvres, cachant ainsi ta bouche d’un air gênée. Ta voix est légèrement tremblante, presque prêt à exploser à tout moment, comme une putain de bombe, bombe d’amour et de mignonnerie. Tu savais pas trop comment réagir face à autant de questions, c’est bien la première que quelqu’un s’intéresse à toi et pas à tes conneries, ni même à ton physique, alors t’es complètement déboussolé, petit Andrew n’a pas encore l’habitude de ce genre d’attention, ni même de voir une personne si sexy et pourtant, si mignonne. C'est fou comme Akeem te rend complètement fou et te faire perdre les pédales mais maintenant tu ne sais plus quoi faire, et t’as certainement pas envie de lui expliquer les choses en face à face, t’as pas assez les couilles pour ça, peureux que tu es, tu ne peux que fuir devant lui et t’en aller loin pour après lui envoyer des messages, connard, mais en même temps, t’arrive pas à te forcer et changer, les habitudes sont bien trop incrustées contre ta peau.

Je… J’peux même pas t’expliquer... J'sais même pas ce que j’ai fait ste nuit là…

Marmonnais-tu d’une voix presque inaudible. T’espère un peu qu’il n’est pas entendu ce que tu viens de dire, mais une partie de toi aimerait qu’ils l'entendent, qu’il comprend que t’es pas le type qu’il croit que tu es. Normalement t’aurais vite menti en profitant des bienfaits de toute cette admiration et ses compliments, mais quand c’est lui qui te les balance, tu ressens pas du tout la même chose, t’as mal, extrêmement mal... Un soupir las s’échappe d’entre tes lèvres alors que tes bras pendant contre ton buste, tu sembles complètement déçu, voir, découragé…

Je pense que je devrais partir... Je t’aime bien hein... Mais juste…J'suis crevé…

Des crevasses violacées s'approfondissent davantage en dessous de tes yeux légèrement plissés. L’une de tes mains vient frotter contre l’arrière de ta tête, l’air considérablement gêné; il est maintenant temps de lui dire au revoir, et ça, ça te tue à petit feu, car tu voulais rester encore un peu avec lui, mais tu voulais absolument filer et ainsi éviter de lui répondre, juste par l'acheter… T’es vraiment le pire Andrew, le méchant dans l’histoire, mais tu n'y peux rien, t’as toujours été un putain de lâche trouillard, et t’arrive même pas à changer face à Akeem. Un léger mouvement avec ton autre main qui est libre en guise d’au revoir avant de lui tourner le dos et courir comme un taré vers la sortie, tapant un sprite digne des meilleurs truands, tu penses qu’il n’a pas capté comment t’as filé aussi vite, et tout le monde soit choqué de cette course folle alors que tu l’avais embrassé juste avant. Mais tu ne pouvais pas lui faire face à nouveau, encore une fois, t’avais fui au meilleur moment, encore une fois, t’as complètement merdé...
141
24 ans
Em. dans un Fastfood
Quartier Machi
800
20
Contenu sponsorisé
//
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Roman] Star Wars: Aftermath - Journey to: the Force Awakens par Chuck Wendig

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: