Once upon a time... [Alexis]
Linh Arima
Habitant
33
22 ans
étudiante en art
Quartier buruu
300
9
avatar
Icon :
Messages :
33
L'âge du personnage :
22 ans
Métier :
étudiante en art
Habitation :
Quartier buruu
Pokédollars :
300
Niveau :
9
// Lun 9 Avr - 19:44
Once upon a time...

Elle est finalement arrivé, là où une nouvelle toile va pouvoir voir le jour, là où se trouve sa nouvelle vie. Il est tard lorsque le bateau accoste et descendant avec sa valise et son sac à dos, elle s’arrête, respirant une grande bouffé d’air tandis qu’un sourire se dessine doucement sur son visage. Elle observe les alentours, toutes les lumières qui scintillent au loin. Pourquoi être venu ici ? Pourquoi être aussi loin de sa famille ? Elle avait simplement besoin de fuir, de se construire une nouvelle, un nouveau départ, loin des démons qui ne cessent de la hanter. Elle a besoin de renouveau, de quelque chose qui rend sa vie bien plus passionnante. Elle qui ne cesse de rester enfermé dans son petit monde virtuel, la voilà désormais projeté dans un monde, une ville tout aussi surréaliste que certains de ses jeux.

Elle regarde son poignet, ce petit bracelet violet qu’on lui a envoyé lorsqu’elle s’est inscrite pour venir vivre ici. Petit appareil technologique, une technologie de dernière génération, capable autant de naviguer sur le net que de passer des appels en audio visuel que d’envoyer des messages. Un petit bijou en soi, mais un bijou qu’elle ne peut plus retirer désormais… Elle n’est pas la seule à avoir été marqué, Tsume aussi a été pucé, et à l’aide de cette nouvelle technologie, elle est désormais capable de gérer son compagnon de façon hallucinante. Elle peine encore à y croire, lorsqu’elle a lu tout ce dont est capable cet appareil qui est pourtant semblable à des menottes, à une chaîne, et elle a désormais hâte de voir ce que cette ville a encore à lui offrir…

Activant son armillam pulsar, elle prit une photo avec afin de l’envoyer sur son nouvel Instagram, après tout, qui dit nouvelle vie dit nouveau réseau sociaux… Elle tag son amie, celle qu’elle rejoindra d’ici peu et sourit. Elle a hâte, Linh, d’enfin rencontrer son amie, celle avec qui elle discute sans cesse depuis deux années, EMPYR de son pseudo, Alexis de son véritable nom. La demoiselle a accepté de l’accueillir chez elle le temps qu’elle pose ses marques et se trouve un logement. Trépignant presque sur place, il est rare que la jeune femme soit ainsi souriante, autre que lorsqu’elle porte ses masques d’être social.

Elle envoie la photo, s’apprête à configurer son appareil comme GPS pour pouvoir trouver la bonne adresse, mais Alexis ne mit pas longtemps à lui répondre et elle sourit en la lisant. Mettant son appareil sur veille, elle tourne la tête vers Tsume qui, à côté d’elle, observe et flaire toutes ces nouvelles odeurs. Elle se baisse légèrement, offrant une caresse au petit canidé avant de se mettre en route, en quête d’un de ces téléporteurs qui lui permettra d’arriver en un rien de temps au quartier où elle vivra probablement un temps. Plutôt stressé à l’idée d’essayer une pareille technologie, elle semble également excité à cette idée et lorsqu’elle trouve enfin la zone de téléportation, elle s’y rendit avant de se retrouver en un clin d’oeil dans le quartier Buruu…

Lorsqu’elle arrive, ce n’est pas au final l’efficacité de ce moyen de transport, ou même la sensation que celui-ci lui a offert, mais plutôt la vision qui s’offre à elle. Ses yeux s’écarquillent en se rendant compte qu’au-dessus d’elle, ce n’est pas le ciel qui se trouve, mais la mer ! Oui, le quartier Buruu se trouve dans un dôme sous la mer. Elle savait que Éternia regorgeait de surprise mais pas à ce point là… Se remettant de sa stupeur, elle pose à nouveau son regard sur son compagnon à quatre pattes et lui sourit avant de prendre le chemin en direction de l’immeuble de la belle…

Arrivé au pied de l’immeuble, elle sonna pour s’annoncer avant de pouvoir entrer à l’intérieur. Immense bâtiment tout aussi luxueux que tous ceux qu’elle a pu croiser jusqu’à maintenant. Elle se sent presque petite et insignifiante dans ce décors qui semble totalement irréel et une soudaine envie d’immortaliser tout ce qu’elle trouve sur l’un de ses carnets à dessin a bien manqué de l’arrêter plus d’une fois. Elle verra cela plus tard… Elle s’engouffre dans l’ascenseur avec une certaine appréhension, son coeur commençant à s’emballer sérieusement. C’est que c’est toujours stressant de rencontrer une personne pour la première fois et au final, elle redoute que leur amitié ne puisse être que virtuel… S’arrachant à ces pensées, elle descendit en traînant sa valise derrière elle et s’arrête devant la porte. Prenant une grande inspiration, son doigt s’écrase sur le sonnette, Tsume s’asseyant en attendant patiemment qu’on vienne leur ouvrir...
Code ©️️️ N3M0
33
22 ans
étudiante en art
Quartier buruu
300
9
Alexis G. Dahl-Bakken
Habitant
32
22.
Aucun
Sous un carton
2000
5
avatar
Icon :
Messages :
32
L'âge du personnage :
22.
Métier :
Aucun
Habitation :
Sous un carton
Pokédollars :
2000
Niveau :
5
// Mar 10 Avr - 14:12
Elle l’a imaginé des centaines de fois, Alexis.
Elle s’est projetée des milliers de fois, Alexis.
La première, elle repoussait ses limites et prenait son amie dans ses bras. La deuxième, elle jouait les timides, les farouches. Au bout de cinquante, toutes les idées se juxtaposaient au point de la perdre et de laisser sur ses papilles un arrière-goût amer : celui de l’indécision. De la peur aussi, sûrement.
Elle l’a imaginé des centaines de fois, Alexis.
Elle s’est projetée des milliers de fois, Alexis.
Cependant, maintenant que le jour est venu, elle n’est plus capable de démêler le vrai du faux. Elle ne peut plus dire si elle va la prendre contre son cœur ou garder ses distances. Si elle va la toucher ou garder en place le voile qu’elles n’ont jamais eu l’occasion de faire tomber jusqu’à ce soir ; ses cils papillonnent, ils cachent son désarroi.

Pourquoi je lui ai proposé de crécher chez moi, déjà ?

Parce qu’elle était démunie. Parce qu’elle n’avait personne dans le coin, Insanity. Parce que l'idée qu'elle puisse se retrouver chez un connard la dégoûte viscéralement. Ses lèvres forment les syllabes du « pseudal » concerné.

C’est quoi son prénom, au fait ?

Elle lui a sans doute révélé un jour, sans qu’Alexis ne l’imprime. Sans qu’elle n’y prête attention, occupée à préserver le monde virtuel. Elle n’a jamais aimé l’IRL ; son univers est plus intéressant, le chaos organisé qui y règne a quelque chose de réconfortant. Elle ramène ses genoux contre sa poitrine, Alexis. Elle hésite. Elle pense.

Et si ça se passe mal ? Et si elle ne m’aime pas et qu’au final on arrête de jouer ensemble ? Et si… Et si.

Progressivement, les sentiments négatifs grandissent. Ils l’étouffent. Ils l’étranglent et bouchent ses artères fébriles. La panique s’éprend de ses sens qu’elle occulte, à tel point qu’Alexis -en plus d’être déjà aphasique- développe une surdité et une cécité soudaines. Elle se recroqueville, pousse un gémissement dans l’obscurité de son appartement ; la nuit est déjà tombée, Linh (oui, Alexis a réussi à solliciter ses souvenirs pour le retrouver) ne va plus tarder. Au même moment, son Armillam lâche sa complainte, la prévenant d’un message sur les réseaux sociaux. Mal à l’aise, le cœur au bord des lèvres et les poumons dans l’estomac, elle déverrouille l’écran et reluque le post d’un œil vide.

Elle est là. Plus de retour en arrière.

Elle se soupçonne d’être sur le point de vomir son petit-déjeuner -faute d’avoir avalé quelque chose de plus depuis- et s’allonge sur le canapé pour faire passer le malaise. Les minutes passent. Elle a vaguement conscience que ses doigts frappent l’Armillam et abandonnent un message qu’elle espère chaleureux sur l’Instagram de sa jolie camarade de jeu.
Finalement, ses paupières tombent. Elle ne met qu’une seconde à s’endormir, oubliant de veiller sur les pas de Linh, d’Insanity. C’est le carillon jovial qui l’arrache à son sommeil agité, la plongeant dans un état second — entre terreur et absence. Elle se dépêche de lui ouvrir la porte de l’immeuble, se préparant par la même occasion à faire le geste avec la seule chose qui les sépare encore. Elle ne veut pas rendre les choses réelles, Alexis. Elle veut retourner dans ce monde où elles sont Insanity et Empyr, pas Linh et Alexis. Le monde où elle est née est définitivement le pire. Il est dur, il est cruel.

Elle pousse un jappement similaire au cri d’un animal blessé lorsque le carillon sonne à nouveau, mais pour signaler que l’on attend sur son paillasson. Elle marque un temps d’arrêt, Alexis. Ses doigts s’emparent de la clanche, des tâches noires vacillant devant ses yeux écarquillés et injectés de sang. Elle a l’air d’une junkie en manque, ou d’un Humain particulièrement surmené. Elle espère que -dans un cas comme dans l’autre- Linh ne jugera pas.
Elle ouvre finalement la porte, découvrant une silhouette menue et frêle sous ses prunelles verdâtres. Et deux orbes ravissants au milieu d’un visage d’ange. Doucement, alors qu’elle prend les secondes nécessaires pour faire ronronner les gonds, la tension la quitte. Elle réalise que c’est Insanity. Sa Insanity ; celle qui a passé des nuits entières scotchées à son écran avec elle.

Ça ne peut pas être complètement différent d’Internet. Il faut juste faire sans l’écran, hein.

Et sans le clavier.
La brutalité de sa condition encourage le sang à déserter sa gueule et Alexis se mue en fantôme. Elle ne peut pas lui parler. Elle ne pourra jamais. À force d’être capable de communiquer textuellement sur son ordinateur, elle a oublié qu’en vérité ses lèvres sont cousues pour l’éternité. Elle se force à sourire, à avoir l’air sûre de ce qu’elles vont traverser ensemble. À un rythme de Pokémon nouveau-né et hésitant, elle frôle son bras et se rapproche jusqu’à la serrer dans ses bras.
L’angoisse est alors refoulée comme une vague qui s’écrase et se meurt sur une plage après avoir retourné quelques bateaux. Tout est calme, désormais. Elle la touche à peine, assez pour la savoir vraiment là, mais pas au point de faire hurler ses mécanismes de défense. Elle goûte à ce plaisir, à ce bonheur étrange et pénétrant de l’avoir à ses côtés.

Elles se rencontrent pour la première fois après deux ans de bons et loyaux services, après tout.

Elle s’éloigne finalement et se dérobe contre le mur pour laisser la nouvelle résidente entrer dans sa demeure. Une fois le pas esquissé par Linh, elle referme la porte et l’encourage à s’installer dans le grand salon. Elle rassemble des verres et un vieux tableau effaçable avec des feutres colorés ; là, ses phalanges ôtent le capuchon et commencent à écrire alors qu’elle se case dans l’un des canapés.

— Je suis désolée. J’ai attrapé une angine il y a quelques jours, j’ai perdu ma voix pour le moment. Le voyage s’est bien passé ? T’as mangé ? Tu veux boire quoi ?

Le texte déposé sur le support, elle retourne son tableau comme n’importe quel participant à un jeu télévisé.
Et elle prie.
Elle prie de toutes ses forces.
©️ Psychakoala
32
22.
Aucun
Sous un carton
2000
5
Linh Arima
Habitant
33
22 ans
étudiante en art
Quartier buruu
300
9
avatar
Icon :
Messages :
33
L'âge du personnage :
22 ans
Métier :
étudiante en art
Habitation :
Quartier buruu
Pokédollars :
300
Niveau :
9
// Mer 11 Avr - 2:09
Once upon a time...

Elle stresse, Linh, son coeur tambourine, elle redoute le face à face autant qu'elle le désire et le temps d'attendre qu'on lui ouvre lui semble être une éternité… Elle baisse la tête, son regard d'or et de jade cherche celui de son canidé, un soutien qui semble lui être important et Tsume lève doucement la gueule vers elle, comme s'il avait entendu sa demande silencieuse… Le contact visuel se rompt au moment où le canidé dresse les oreilles et regarde en direction de la porte, entendant du bruit de l'autre côté. Elle lève à nouveau la tête, Insanity, elle prend une grande bouffé d'air, se donne un peu de contenance et de courage tandis que la porte s'ouvre enfin…

Une silhouette apparaît, à peine plus grande qu'elle, une cascade de cheveux presque flamboyant de déversant sur de frêle épaule tandis que deux magnifiques yeux vert l'observent… Son coeur semble rater un battement et ses yeux ne parviennent à la quitter alors qu'un silence règne avant que EMPYR ne vienne rompre ce silence en la prenant doucement dans ses bras. Un frisson la traverse sur le moment en sentant ses bras venir l'éteindre et elle lui cède cette accolade de joie en la serrant doucement à son tour. Le contact se rompt sans qu'aucune paroles ne soient lâché, comme si une sorte de malaise ne soit présent, à moins que cela soit dû à la surprise d'enfin se retrouver face à face sans le moindre écran…

Elle s'efface de devant la porte, Alexis, en la jeune femme entra, Tsume prenant les devant, sa valise traînant derrière avant qu'elle ne la délaisse dans un coin pour observer les lieux qui l'entourent. Immense appartement luxueux, attestant des moyens que possède les parents de son amie pour lui louer pareil baraque… Elle délaisse rapidement de visite visuelle, prête à rompre le silence lorsqu'elle voit EMPYR écrire sur une ardoise. Elle est curieuse, Linh, et se demande ce qu'est en train de faire son amie lorsque celle-ci tourne l'ardoise vers elle. Elle lit son contenu, étonner, mais un doux sourire s'affiche sur son visage…

J'ignorais que tu étais malade, tu aurais pu me prévenir, je ne serais pas venue te déranger… Sinon je veux bien quelque chose à boire oui.

Elle sourit, sincèrement, malgré que son stress soit toujours présent. Elle va alors prendre place sur le sofa, Tsume venant de coucher à ses pieds et elle lui offrit une caresse avant d'observer à nouveau les lieux…

C'est un sacré appartement que tu as là. Tu ne te sens pas seule à vivre d'un aussi grand endroit ?

Elle pivote la tête pour tenter de voir ce que fait son amie après s'être adressé à elle… Elle est nerveuse, c'est plus fort qu'elle, c'est ainsi, mais une chose est sur, elle est heureuse d'être ici...
Code ©️️️ N3M0
33
22 ans
étudiante en art
Quartier buruu
300
9
Alexis G. Dahl-Bakken
Habitant
32
22.
Aucun
Sous un carton
2000
5
avatar
Icon :
Messages :
32
L'âge du personnage :
22.
Métier :
Aucun
Habitation :
Sous un carton
Pokédollars :
2000
Niveau :
5
// Dim 22 Avr - 15:20
Elle a la peau chaude, Alexis. Un peu brûlante sur les zones frôlées par les mains délicates de Linh. Un peu calcinée et trouée, à tel point que son cœur semble s’échapper par toutes les brèches ainsi créées. Elle ne remercie pas son amie, Alexis. Elle est troublée. Elle est gênée. C’est elle qui a initié le câlin, pourtant. C’est elle, mais elle ne s’attendait pas à y piocher des choses différentes.
Ce n’est plus vraiment une enfant, Alexis. Elle en a vécu d’autres, des étreintes. Beaucoup d’autres, souvent plus charnelles et moins morales ; mais jamais elle en a été émue à ce point. Peut-être parce que c’est Linh. Peut-être parce qu’elles sont amies dans le vrai sens du terme -mais pour combien de temps ?- et pas des plans foireux.

Elle a comme un parfum réconfortant, Insanity.
Une odeur que l’on retrouve sur les souvenirs douceâtres et nostalgiques d’une enfance abolie.

Elle l’observe, Alexis. Elle quête ses mimiques que l’on ne voit pas en jouant. Elle cherche la raison des battements chaotiques de son palpitant. Sans doute son sourire, à Linh. Il est caressant comme une plume et paraît au moins aussi fragile. Elle la dévisage un peu trop, elle le sait. Elle en est elle-même mal à l’aise — elle qui ne s’intéresse à rien, habituellement.

Elle prend la parole, Linh. Elle l’entend vaguement dans la brume de ses pensées, Alexis. Elle hausse un sourcil avant de lever les yeux au plafond, espérant dévoiler un soupçon de son exaspération face à une timidité si naturelle. Face à une telle politesse, et de tels égards qu’elle ne mérite pas. Armée de son feutre, elle recommence à noircir le tableau de ses gribouillages de môme.

— C’est juste une angine. Je m’en serais voulue si tu avais repoussé la date de ton voyage à cause de ça. Ou pire. Qui sait ce qu'il aurait pu se passer si tu étais venue quand même, mais en réservant un hôtel quelque part. C’est une grande ville, débarquer sans connaître les bonnes adresses (ou les mauvaises) c’est comme se promener avec une pancarte « Lynchez-moi, j’adore ça ! » sur le dos. Hyper dangereux, quoi !

Elle abandonne son écriteau sur la table basse, sous les yeux de son invitée, avant de quitter les bras chaleureux de son canapé pour récupérer des boissons. Elle pense à de l’alcool -dieu sait qu’elle en a besoin, là, tout de suite- mais se rabat sur des jus et des sodas. Elle ramène l’ensemble et propose à Linh de se servir elle-même dans les verres récupérés plus tôt. Elle reprend ensuite son crayon.

— C’est grand, ouais. Tu aimes ? On pourra faire un peu de shopping dans les prochains jours s’il te manque des trucs. J’ai décoré ta chambre un peu à la va-vite donc tu peux changer ce que tu veux. Ma famille a un garde-meubles dans le coin, si tu attends des affaires volumineuses qu’on ne peut pas prendre ici.

Elle hésite un peu. Elle écrit encore une ligne, mais se ravise à chaque fois. Encore et encore. Finalement, dans un mouvement tremblant qui rend son écriture instable, elle note :

— Je suis contente que tu sois là.

Et elle se permet un sourire sincère. Un peu penaud, un peu comme l’éclat d’un animal blessé qui reprend seulement confiance.
©️ Psychakoala
32
22.
Aucun
Sous un carton
2000
5
Linh Arima
Habitant
33
22 ans
étudiante en art
Quartier buruu
300
9
avatar
Icon :
Messages :
33
L'âge du personnage :
22 ans
Métier :
étudiante en art
Habitation :
Quartier buruu
Pokédollars :
300
Niveau :
9
// Ven 27 Avr - 12:45
Once upon a time...

Qu’il est difficile de faire face à une personne qu’on a connu que virtuellement ! Qu’il est difficile de calmer les battements de son coeur quand celui-ci ne cesse de s’enflammer pour un rien. Qu’il est chiant de ne pas savoir pourquoi on réagit ainsi ! Oui, elle l’ignore, Linh, elle ignore la raison de son état de nervosité, ainsi que son coeur qui semble vouloir jouer aux montagnes russes par lui même. Elle l’avait tant rêvé, cette rencontre, tant imaginé. Elle se l’était jouer un nombre incalculable de fois dans son esprit, mais aucun des scénarios qu’elle s’était fait ne ressemble à celui-ci. Est-elle déçu ? Non, nullement, au final, elle est rassurée. Elle semble être la même que virtuellement, Alexis.

Elle se laisse aller contre le dossier du canapé, s’enfonçant à l’intérieur en lâchant un soupir, comme si celui-ci pouvait expirer toute sa tension en un seul coup ! Elle se remet de son voyage, de sa rencontre. Elle s’était inquiété à tort et maintenant, elle respire pour de bon. Le poids qu’elle avait en elle s’envole et même si elle n’est pas totalement à l’aise encore, elle sait au moins que son amie n’est pas différente de celle qu’elle a connu virtuellement, du moins, en ce qui les concerne toutes les deux…

Elle s’exprime toujours sur son ardoise, elle la lit, un sourire se dessinant sur ses lèvres. Les phrases de son amie manque de lui arracher un rire. Oui, venir dans une pareille ville seul n’est pas la meilleur des idées et c’est pour cela qu’elle s’était adressé à Alexis, afin de ne pas être perdu, mais en réalité, elle l’est, malgré qu’elle ne soit pas étrangère à la technologie. Dans cette ville, la technologie semble être poussé à son paroxysme et ce n’est pas pour déplaire à la jeune femme qui aura tout de même besoin d’un temps d’adaptation.

Je te l’accorde, ça aurait été une mauvaise idée mais c’est pour ça que je me suis tourné vers toi !

Un petit clin d’oeil et elle observe Alexis s’éloigner pour aller chercher verres et boissons pour les entreposer sur la table basse face à elle. Sans se faire prier, comme si elle était chez elle au final, Linh se sert, voyant la main de la belle rousse s’activer à nouveau sur son ardoise, qu’écrit-elle ? Tourné dans sa direction, la brune prit le temps de lire et hoche doucement la tête.

Ouais c’est super sympa, et t’aurais pas dû t’embêter comme ça tu sais ! J’aurais pu me débrouiller, enfin en tout cas, t’inquiète pas. Je n’ai ramené que ce sac et cette valide avec moi.

Elle pointe rapidement ses deux bagages, portant ensuite son verre à ses lèvres pour en boire une gorgée.

Je n’avais pas envie de m’embêter à tout ramener, enfin de tout manière, je n’ai pas grand chose, du moins rien auquel je tiens, du coup, j’espère bien qu’on ira fait un peu de shooping ! Il va falloir que tu me montres les bons coins de la ville après tout !

Elle lui sourit, heureuse d’être ici, heureuse d’être enfin face à une personne qu’elle apprécie. Cette pensée fit palpiter d’un seul coup son coeur et elle se racle légèrement la gorge, comme si cela pouvait l’aider à se ressaisir. Une nouvelle gorgée de soda et à nouveau, elle fixe l’ardoise qui se présente à elle. Un petit sourire, presque attendri, se dessine sur son visage et lorsqu’elle pose son verre sur la table basse, elle se jette au cou de son amie pour la serrer dans ses bras.

T’es trop mignonnne ! Moi aussi je suis super contente d’être ici ! Même si je sens que tu vas vite en avoir marre de moi !

Elle se recule doucement en lui tirant la langue, comme une gamine le ferait, puis elle lâche un soupir en se laissant à nouveau tomber au fond du canapé, récupérant son verre au passage. Un couinement retentit alors et elle voit la petite bouille de Tsume se poser sur son genoux, la queue battant légèrement.

Oh désolé mon gros ! J’ai faillis t’oublier ! Tu te souviens de Tsume ? Tu l’as vu en photo, bah voilà le monstre maintenant ! Rassure toi, il est calme il ne fera pas de bêtises, par contre en ce qui concerne le Pokemon qu’on m’a donné à mon arrivé, je sais pas trop, je n’ai pas encore eu l’occasion de faire connaissance avec, je sais juste qu’il s’agit d’un Grenousse mâle. Mais sinon ! Ils sont où tes deux loulous ? Ils jouent les timides ou ils sont consignés dans leurs PokeBall ?
Code ©️️️ N3M0
33
22 ans
étudiante en art
Quartier buruu
300
9
Alexis G. Dahl-Bakken
Habitant
32
22.
Aucun
Sous un carton
2000
5
avatar
Icon :
Messages :
32
L'âge du personnage :
22.
Métier :
Aucun
Habitation :
Sous un carton
Pokédollars :
2000
Niveau :
5
// Mar 8 Mai - 15:32
Elle sait que c’est pour ça, Alexis. Elle a bien compris que Linh cherchait la sécurité chez quelqu’un qu’elle connaissait ; et c’est sûrement ce qui l’a rendu heureuse et l’a déstabilisé. Parce que sa demande voulait dire des centaines de choses, à commencer par la possibilité qu’on lui fasse confiance. Qu’enfin on la regarde avec un autre sentiment que du dégoût ou de la déception — elle a vu les deux si souvent dans les yeux de sa mère qu’elle a oublié la saveur émouvante de compter.
D’être Humain pour un autre, et pas seulement un animal de compagnie pour un parent qui essaye de vendre l’image d’un foyer idéal là où il n’y a que du désordre. Elle cligne des cils, maintenant propulsée dans un monde étrange. Il est un peu irréel, un peu différent de celui où elle séjourne normalement ; c’est encore ce monde déconcertant dans lequel elle est tombée la première fois qu’elle a joué avec Linh. Ce monde où elle l’a balancée encore et encore, à chaque fois qu’elles se rejoignaient sous leurs noms inventés.

Ça ressemble à la réalité virtuelle. C’est comme écrire dans le chat, en jeu, alors qu’on éduque les monstres du passé à devenir de gentils destriers.

Sauf que les monstres, dans leur univers, ne sont plus que des meubles et leurs peurs. Il faut seulement apprendre à les apprivoiser — comme elles ont déjà si souvent essayé, au final. Ses phobies sociales sont similaires à des reptiles un peu vils qui se glissent autour d’elle pour l’étouffer ; elle a juste à détourner leur attention pour qu’ils la laissent en paix. On l’y aide, en plus.
Lorsque les bras de la plus belle chose qu’elle ait jamais vu se referment sur sa silhouette sans la retenue des premières minutes, Alexis se change en statue de sel. Pour une seconde. Pour deux secondes. Le temps de se laisser séduire et adoucir par son odeur douceâtre et la chaleur de son corps ; après quoi, elle lui rend son étreinte avec toute la tendresse dont elle est capable malgré son cœur jugé mort. Elle se sent sur le point de craquer, sur le point de pleurer.

Elle se dit que les orphelins éprouvent la même douleur lorsqu’ils sont aimés pour la première fois.
C’est un peu familier et un peu inconnu. Ça glisse sur elle sans vraiment la prendre, et c’est pourtant la chose la plus pénétrante à laquelle elle ait eu à faire face. Complètement larguée, elle a du mal à se détacher. À la laisser partir, de peur que ça ne se reproduise jamais. Elle trouve que c’est trop tôt, qu’elles pourraient rester là encore et ne pas être pressées comme les autres humains qui se pressent ; comme tous les enfants qui ont hâte de quitter le petit âge pour regretter lorsqu’ils meurent de vieillesse.

Elle est d’une vivacité toute juvénile. Elle n’a pas envie de grandir, elle, ça se voit. Pas vraiment. Elle garde sa préciosité de gosse en jouant avec l’impertinence des adolescents en lâchant tout ce qu’elle a connu pour s’installer dans une ville étrangère. Elle est différente des autres, Linh. Courageuse et peureuse. Mature et inconsciente. Alexis peint un sourire sur ses lèvres, prend une bouteille de jus et en laisse couler dans son verre, les doigts tremblants.
Elle a un peu de mal à rassembler ses pensées perdues. Elle ne pense pas qu’on puisse se lasser des filles du genre de Linh. On peut en avoir marre de celles qui ressemblent à Alexis, ça c’est sûr ; elles sont arbitraires et changeantes. Elles sont inconstantes et violentes.
Mais Linh, elle, c’est tout son inverse.
À la manière du yin et du yang.

Le medhyéna aussi paraît docile. Jamais ses compagnons n’ont eu un air si amoureux sur la gueule en la dévisageant — lorsqu’ils prennent la peine de la regarder, évidemment. En général, ils l’ignorent simplement ; identiques à une bande d’animaux errants, rassemblés sous le même toit par une collectionneuse compulsive qui les ramasse dans les ordures sans leur consentement. Un sourire compréhensif apparaît sur sa bouche en y songeant. Elle a l’habitude. Elle ne peut pas leur en vouloir non plus, elle n’est pas différente d’eux. Le feutre note spontanément sans qu’elle le voit vraiment.

⤷ Je les rappelle rarement, du coup ils traînent à droite et à gauche. Tu verras sans doute Sade (mon Flamiaou) quand on utilisera la cuisine demain. Il rôde toujours autour de la nourriture mais se cache pour dormir le reste du temps. Lagertha est… sûrement dans ma chambre ? Je ne sais pas. On peut aller voir, si tu veux. Mais elle est du genre farouche et agressive. Tsume et son nouveau compagnon peuvent aller et venir dans la maison comme ils le veulent ; ils n’ont pas à faire attention aux grognements de la vieille bique. Elle est méchante, de toute façon.

Une moue gênée prend toute la place de son visage alors qu’elle lui montre ses écrits. Parfois, elle se demande pourquoi elle a croisé le chemin de la femelle Absol, ou pourquoi elle reste à ses côtés. Jamais l’une auprès de l’autre, elles se croisent comme deux étrangers qui vivent dans le même immeuble.
Mais c’est tout.

Ce qu’elle ignore, Alexis, c’est que l’Absol est le poids sur ses chevilles ou contre ses reins lorsqu’elle est trop malade pour ouvrir les yeux. Qu’elle est ces yeux brillants dans l’obscurité et qui veillent sur elle lorsque son cœur est lourd et que des larmes coulent sur ses joues.

⤷ J’en ai récupéré un troisième, récemment. Je l’ai appelé Lie, une femelle Lougaroc. Je ne sais pas vraiment pourquoi j’ai cédé en la voyant. Tu sais que je ne suis pas douée pour m’occuper d’eux. C’est juste que… Je ne sais pas. Son regard, peut-être.

Elle pose le tableau sur la table basse et se lève, renonçant à son verre pour glisser jusqu’à la porte de sa chambre qu’elle ouvre nonchalamment. Elle croise les yeux écarquillés de Lagertha qui trône sur son lit, au milieu des peluches et des coussins. Elle n’a pas l’air rassurée. Fronçant les sourcils, Alexis essaye de trouver la source de son malaise et découvre que le Lougaroc s'est tassé dans un coin, le pelage hérissé et les crocs dévoilés.
Levant les yeux au ciel, Alexis entre et approche prudemment de la créature sombre jusqu'à pouvoir entourer son encolures avec ses bras frêles. Le Pokémon se détend sous ses caresses maladroites et se laisse sortir de la chambre avec un plaisir non dissimulé. Se casant à nouveau dans le canapé, elle garde la femelle encore peu habituée à sa présence à côté d'ell, et lui chatouille gentiment le dos. Lie scrute Tsume avec un intérêt évident, s’allongeant sur les cuisses d’Alexis et s’étirant pour poser ses pattes avant sur la table dans l’espoir de se rapprocher au maximum du nouveau venu sans quitter la sécurité.
Ses oreilles bougent dans tous les sens et ses narines frémissent de ces parfums inconnus. De ses trois bestioles, Lie est la seule à montrer des signes de tendresse ; quoi qu’elle se montre naturellement dominante et têtue.
©️ Psychakoala
32
22.
Aucun
Sous un carton
2000
5
Linh Arima
Habitant
33
22 ans
étudiante en art
Quartier buruu
300
9
avatar
Icon :
Messages :
33
L'âge du personnage :
22 ans
Métier :
étudiante en art
Habitation :
Quartier buruu
Pokédollars :
300
Niveau :
9
// Dim 3 Juin - 15:14
Once upon a time...

Elle lui présente son fidèle compagnon, son meilleur ami, son enfant. Elle lui avait déjà montré, en photo, par webcam également. Elle en est fier, de son Medhyena. Elle l’aime, Tsume, il est son précieux, un enfant dont on lui a laissé la garde et dont elle ne peut plus se séparer désormais. Le canidé remu la queue, s’approche doucement de la belle rousse pour lui offrir un petit coup de langue sur la main, sa façon à lui de la saluer, de l’accepter. Elle écrit ensuite, sa tendre amie, et à nouveau elle lit les mots qu’elle a posé sur son ardoise, bien plus long, bien plus petit du coup. Elle sourit, le fait qu’Alexis elle même ne semble pas savoir où se trouve certains de ses compagnons l’amuse. Elles sont différentes et pourtant si proches. Elles n’ont que faire de leur différence, de leur mode de vie opposé. Elles s’apprécient ainsi, elles se sont trouvées une certaine harmonie, mais celle-ci sera-t-elle toujours présente, maintenant que plus aucun écran ne les sépare ? Que la distance a été rompu pour les forcer à se faire face ? Elle l’ignore, Linh, mais elle souhaite que leur amitié continue, que leur complicité reste la même, et pourtant, il y a ce petit quelque chose qui lui pince parfois le coeur, sans qu’elle ne s’en aperçoive toujours.

Elle efface, elle s’affaire à nouveau à poser des mots, cette méthode étrange ne semble pas déranger l’étudiante, bien trop heureuse d’être ici à ses côtés et si les questions ne sont toujours pas présente, elles ne tarderont probablement pas avec le temps. Elle lit, son amie possède désormais un nouveau petit compagnon, une femelle Lougaroc. Les yeux de la brune se mirent à pétiller, elle souhaite désormais rencontrer cette nouvelle arrivante que son amie s’empresse d’ailleurs d’aller chercher. Elle la laisse aller, Tsume venant à nouveau se coller à ses jambes, sirotant doucement son verre jusqu’à ce que la rousse revienne en bonne compagnie.

L’étonnement fait écarquiller les yeux de la jeune femme qui observe la Lougaroc approcher, se mettre aux côtés de sa maîtresse. Elle est magnifique, il n’y a pas d’autres mots pour la définir.

Woah, elle est sublime ! Ses couleurs… Je n’en ai jamais vu de comme ça ! Puis elle a tellement l’air adorable !

Elle fond presque, devant la beauté du canidé garou et approche doucement sa main, avec précaution, pour ne pas l’effrayer. Les paroles d’Alexis lui revienne. Oui, elle est étonné qu’elle se soit attaché à un nouveau Pokemon, elle qui semble avoir tant de mal à s’en occuper, mais parfois, des liens invisibles se créent avec ceux que l’ont rencontre et on finit par les prendre avec soi… Tsume semble tout aussi intrigué et ravi à la fois, s’approchant à son tour tout doucement, sa truffe frétillant en voulant la toucher, sa queue s’agitant en tous sens. Finalement elle s’enfonce à nouveau au fond du canapé, Linh, en lâchant un léger soupir. C’est que le voyage l’a fatigué, la nuit est déjà tombé depuis bien avant son arrivé au port et elle ne peut retenir le bâillement qui s’échappe d’entre ses lèvres.

Oh pardon ! Je crois que le voyage m’a un peu cassé. En tout cas, je suis vraiment contente d’être ici. Demain tu me feras un peu visiter ? Au moins l’essentiel, sauf si tu as à faire demain !
Code ©️️️ N3M0
33
22 ans
étudiante en art
Quartier buruu
300
9
Alexis G. Dahl-Bakken
Habitant
32
22.
Aucun
Sous un carton
2000
5
avatar
Icon :
Messages :
32
L'âge du personnage :
22.
Métier :
Aucun
Habitation :
Sous un carton
Pokédollars :
2000
Niveau :
5
// Ven 15 Juin - 15:36
On sent que ses doutes s’effacent doucement de sa tête. Peut-être parce qu’elles se ressemblent plus qu’à l’époque il y avait un écran pour les séparer ; du temps où elles jouaient sur quelques MMORPG, leurs races étaient rarement similaires. Aujourd’hui, c’est une humaine qui trône sur son canapé et pas une Elfe claire arrachée à son ordinateur. Le changement est déstabilisant, bien sûr.

Il est réconfortant, aussi.

Adieu les différences entre une Fée et une Succube. Bye-bye la sensation dérangeante de faire face à la créature la plus pure de ce monde alors que l’on est soi-même une combinaison sournoise de péchés originels et de déraison. Elle a sûrement ses défauts aussi, Linh. Insanity n’en a jamais eu, à ses yeux — Mais Linh est une créature semblable à Alexis et, par conséquent, son cœur ne peut pas être aussi sain qu’il y paraît.
Il y a forcément des choses qui déforment son visage avec de la haine.
Il y a nécessairement des événements qui lui donnent envie de hurler et pleurer.

Un sourire hautain et fier apparaît sur ses lèvres face aux compliments. Lie est belle, il est vrai. Lie a ce côté sauvage qui lui a sauté aux yeux et a réveillé en son cœur quelque chose de familier. Elle s’est sans doute simplement vue dans ce corps animal et voûté, Alexis. Le canidé regarde avec une forme toute précieuse de joie et d’intérêt les deux corps qui se rapprochent d’elle. Son nez humide se colle gentiment à la paume tendue et y dispense quelques coups de langue.
Elle a fait des recherches, Alexis, avant de se lancer stupidement dans l’achat d’un Pokémon comme celui-là. Elle a lu des centaines de choses inquiétantes concernant le Lougaroc Nocturne ; mais Lie n’entre dans aucune des cases citées. Elle est plus douce et plus calme que les autres de ses compagnons, dont les races sont considérées dociles. Pas farouche, le loup se laisse caresser et y prend visiblement goût.
Elle descend finalement prudemment des genoux de sa dresseuse et se coule jusqu’à Tsume. Elle est démesurée, en comparaison. Un peu. Elle approche son museau du cou du Medhyéna et le touche doucement. La peau en face lui rappelle la chaleur familière d’Alexis à laquelle Lie décoche un regard en coin. Sa queue remue, trahissant toute son excitation à l’idée de ne plus avoir à affaire avec les deux grognons de la famille et à se faire un véritable camarade de jeux.

Durant ce laps de temps où la paix leur est accordée, Alexis reprend tranquillement son verre, avale une longue rasade de jus même si son cœur réclame un alcool à la robe ambrée, et s’empare ensuite de son tableau pour recommencer à écrire.

⤷ Allez, zou. Au lit ! Je vais te montrer l’essentiel pour ce soir, on prendra le temps de faire les tiroirs demain. On ira en ville après, oui. Au moins faire le chemin jusqu’à ton école. On verra ensuite ce que tu veux découvrir en premier !

Se prenant aux mots et décochant un sourire fatigué à Linh, Alexis se hisse sur ses jambes fines et l’entraîne jusque dans la chambre destinée aux amis. Tout y est déjà prêt, les draps changés, le linge de bain posé sur le bureau chiné et des bricoles laissées dans quelques coins.
Il y a des peluches aux allures mignonnes qui occupent une partie du lit, et une lampe de chevet dégageant une lumière tamisée et chaleureuse. Elle ouvre ensuite les portes qui donnent sur la salle de douche et les toilettes.

Le tour achevé, Alexis lui souhaite une bonne nuit en claquant une petite bise timide sur son front et tourne les talons pour s’évanouir dans sa chambre telle une traînée de poussière.
©️ Psychakoala
32
22.
Aucun
Sous un carton
2000
5
Contenu sponsorisé
//
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» QUI EST JUDE CELESTIN ? POURQUI ET PKWA LUI ET NON PAS ALEXIS ?
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» APRES LE CHOLERA,LE SIDA , ARISTIDE,PREVAL,ALEXIS YON LOT GWO MIZE POU LE PEP
» M. Eddy-Jackson Alexis proteste contre le partenariat entre l’AJH et la MINUSTAH
» Le premier ministre Alexis improvise un plan contre la vie chère...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: