The bad boys • ft.Mika Seijuro
Andrew Smith
Team Instinct
52
24 ans
Em. dans un Fastfood
Quartier Machi
430
12
52
24 ans
Em. dans un Fastfood
Quartier Machi
430
12
Team Instinct
avatar
Icon :
Messages :
52
L'âge du personnage :
24 ans
Métier :
Em. dans un Fastfood
Habitation :
Quartier Machi
Pokédollars :
430
Niveau :
12
The bad boys
ft. Mika Seijuro
OH NO! - MARINA AND THE DIAMONDS
Normalement tu devais faire les boutiques, seul, en mode solo, réfléchir aux nouveaux vêtements que t’allais acheter, avec beaucoup plus de sérieux que d’habitude, mais comme d’habitude, tout dérape, en une fraction de seconde, t’arrive à te retrouver accompagnée de tes pires potes, ceux qui ont les idées les plus juteuses, mais aussi les plus dangereuses. Comme à ton habitude, tu n’arrives pas à leur dire non, tu n’oses pas les remballer, tu t’écrases, comme toujours, suivant le troupeau tel un mouton bien obéissant. Tu n'essayes même pas de savoir pourquoi ses mecs se sont obstinés pour t’accompagner, alors que tu vas juste choisir des fringues, ce n'est pas la meilleure animation du monde et ce n'est pas comme si tu pouvais faire des courses de cadis dans un magasin de vêtements. Mais t’aime pas réfléchir, te casser la tête pour des choses aussi futiles, en fait, t’ose jamais te casser la tête pour tout et n’importe quoi, même les choses importantes. T'as même pas pensé que tu faisais tache devant les deux autres, c’est sur, leurs piercings, tatouages et leurs styles rock leur donnent des traits plutôt durs, alors que toi, toi et ton fameux sweat court aux couleurs pastel avec en dessous un débardeur noir moulant, un jean presque moulant et des baskets qui ne datent pas d’hier, tu sembles plus ou moins habillé, ça, on peut le dire, mais, il y a toujours cette odeur de renfermé qui te colle à la peau, ses petites tâches particulières et ton jean qui semble égaré quelques petits trous, montrant ainsi ta peau sans aucune pudeur. Mais t’as jamais cherché ce genre de truc, c’est juste que tu prends jamais soin de tes affaires et que tu utilises chaque parcelle de tissue encore portable jusqu’à l’usure, t’attend même qu’il soit en miettes pour ne plus pouvoir l’utiliser, t’aime tes vêtements, mais t’aimes aussi ton argent, mais tes potes, les passants, tes collègues, ils ont raison, faut changer un peu, se renouveler. Alors maintenant t’es devant une petite boutique de vêtements, pas encore très connue, comme elle vient seulement de s'installer, mais t’a envie d’y jeter un coup d’oeil, juste par curiosité, car un petit bouiboui du coin t’aurait simplement suffi, surtout pour des vêtements dont tu ne prends jamais soin. Tes potes te poussent pour te forcer à rentrer, ah la timidité, elle adore te faire passer pour un idiot, mais elle adore aussi te bloquer à des moments où il ne faut pas, comme si t’étais un putain de jeu qui commençait à ramer sans aucune raison, enfin, des raisons, il y en avait, t’étais pas du tout dans ton élément Andrew, le sol brille de mille feux, les vêtements rangés soigneusement, l’odeur de neuf enivrait tes narines, ton cerveau n’arrive pas à le supporter, trop de belle chose, tu rames à mort, demi-tour, erreur, demi-tour… PUTAIN ! Ton corps avait fait volt-face, mais un barrage humain te bloque complètement, impossible de faire marche arrière, tu paniques, ton regard se porte sur les divers vêtements bien rangé, tu paniques. Tes potes te poussent doucement vers le milieu de la boutique, tu paniques beaucoup trop, tu vois un homme bien habillé aux cheveux bleu turquoise, c’est encore pire, on te pousse encore et encore, tes foutus pieds n’osent pas suivre le mouvement et ce mélange, tu bascules en avant et tu tombes sur une personne random, peut-être le beau gosse de tout à l’heure…. HELP… Tu prends un moment avant de te ressaisir à moitié, t’essaye de te relever de façon maladroite, le regard rivé sur le sol, t’es complètement gênée, t’adopte une moue timide sans vraiment le savoir et maintenant t’as tes potes qui te font un sourire ravageur, du genre : “hey, t’as vu ? T’as renversé un beau gosse, ce n'est pas toi qui gay ? HEIN HEIN ?”, après c’est peut-être ton imagination qui te joue des tours, t’as l’impression de comprendre ça, tu paniques encore plus et tu attrapes machinalement ton débardeur, tes mains sont moites, accrochés contre le bout de tissu qui pleure de désespoir devant autant de violence, mais tes gestes sont maladroits, timides et tu sais pas trop quoi faire, un petit mot désolé, oui, oui, il faut que tu sois désolé, au moins pour la connerie de tes potes, justement, balance les ses foutus potes.

Dé….Désolé….MAIS C’EST DE LEURS FAUTES !

Brutalement, tu pointes du doigt les coupables avec un air presque sérieux, tel un foutu gamin qui dénonce ses copains pour une vilaine bêtise, genre, ce n'est pas moi, ce sont eux ! Tu hurles presque durant la fin de ta phrase avant de reculer et de te cacher derrière un mannequin, tu sais pas, si des fois tes potes veulent se venger, un mannequin en moyen de défense, c’est faisable.
Mika Seijuro
Team Mystic
74
19 ans
styliste
Quartier Umi
1090
11
74
19 ans
styliste
Quartier Umi
1090
11
Team Mystic
avatar
Icon :
Messages :
74
L'âge du personnage :
19 ans
Métier :
styliste
Habitation :
Quartier Umi
Pokédollars :
1090
Niveau :
11
The bad boys

ft. Andrew



C’était une journée de boulot comme les autres. Ou enfin presque, j’avais passé la matinée à finir de confectionner une robe de bal pour la fille d’une cliente assez aisée. Je m’étais esquinté les doigts au moins une centaine de fois et je suis sure qu’en plus il y aurait des choses à modifier encore. Du coup j’avais décidé d’ouvrir la boutique en après midi. Toute au long de la semaine les clients avaient défilé avec des paniers plus ou moins remplis à la caisse et je n’avais pas eu le temps de remplir les rayons. Je faisais donc plusieurs allez retour entre l’arrière boutique et les rayons lorsque trois jeunes hommes étaient rentrés dans le magasin. Enfin rentré … il fallait le dire vite. C'est-à-dire que le premier individu avait été lâchement propulsé dans l’entrée de la boutique par les deux autres et qu’il semblait sur le point de faire une crise de panique … Etranges phénomènes …

Je posais la pile de vêtement que je tenais dans mes bras sur un coin de l’étagère la plus proche et me préparais à allez accueillir mes clients. Je me retournais à leur recherche lorsqu’une masse chuta sur moi, me coupant le souffle et m’entrainant dans sa chute. Je me retrouvais donc au sol, en m’étant cogner la tète et avec le très beau garçon en panique qui essayer tant bien que mal de se démêlais et de se sauver pour disparaitre dans un trou. Il réussi enfin à se relever et avant que j’ai eu le temps de faire le moindre de geste, il se rependit en excuse avant d’accuser les deux autres et de se planqué lâchement derrière un mannequin en robe.

Vu que personne ne semblais vouloir me relever, je me remettais sur mes pieds tout seul en me frottant le derrière de la tête. Je soupirais et contournais enfin le mannequin pour me retrouver en face de mon « agresseur présumé ». Il était plus grand que moi d’au moins une bonne tête, plus carré aussi, il avait les cheveux châtains, rasés sur le coté du crane et des fringues qui me firent frémir d’effrois. Il semblait aussi un peu plus vieux que moi mais c’était difficile à dire vu la beauté de son visage. Il pouvait être lycéen comme il pouvais avoir la trentaine. Impossible de savoir. Son jean comme son sweet semblaient tombé en lambeaux. Mais ce qui me marqua le plus, c’était la lueur de panique que je voyais danser dans ses yeux, il était vraiment à un fil de me claquer dans les doigts et de s’évanouir. Il était mignon tout paniquer comme ça mais hors de question d’appeler les pompier parce qu’il se serait évanouit dans ma boutique. Je me décidais donc à détendre l’atmosphère.

- Bienvenue dans ma boutique ! Ne t’inquiète pas il n’y a pas de soucis. Je m’appelle Mika et c’est moi qui crée tout les vêtements qui sont présents ici. Je vais surement pouvoir t’être utile dans tes recherches. Est-ce que tu as une idée précise de se que tu veux ?

Je l’observer se détendre un peu tout en gardant les deux autres gugusses dans ma vision périphérique. Ils ne semblaient pas etre de la même trempe que le beaux gosses et ils ne m’inspiraient absolument pas confiance. Seulement on en pouvais pas mettre des gens dehors sous prétexte qu’ils sont louches. Lobo qui semblait avoir lu dans mes pensés avaient fait son apparition à mes cotés et mine de rien ne perdaient jamais les deux garçon du regard. C’était parfait. J’avais déjà eu besoin de mettre un client dehors (parce qu’il voulait absolument me toucher les fesses) et le « forte paume » bien placé du petit Riolu l’avait sortie de la boutique avant que j’ai eu le temps de vraiment me mettre en colère. Je faisait donc confiance au petit loup blanc pour la protection de mes habits et la mienne.

- Déjà, commençons par rejoindre le rayon homme peut-être ? ce n’est pas qu’une robe ne t’irait pas mais je ne suis pas sur que cela te plaise.

Je lui indiquais le chemin en lui offrant mon plus beau sourire de charmeur, celui qui me faisait briller en mode « bonjour je suis parfait et magnifique » et qui me permettrais d’écouler plus de stock que les magasins environnants. Après tous lorsqu’on est commerçant il faut prendre soin de ses clients. Et ça ne me posais aucun problème de prendre soin du jolie cœur devant moi. Timide : c’est pas grave ! moi je ne le suit pas !
Andrew Smith
Team Instinct
52
24 ans
Em. dans un Fastfood
Quartier Machi
430
12
52
24 ans
Em. dans un Fastfood
Quartier Machi
430
12
Team Instinct
avatar
Icon :
Messages :
52
L'âge du personnage :
24 ans
Métier :
Em. dans un Fastfood
Habitation :
Quartier Machi
Pokédollars :
430
Niveau :
12
The bad boys
ft. Mika Seijuro
SonReal - Can I Get A Witness
Si tes potes pouvaient tirer d’un seul regard, tu serais déjà mort, ton corps criblé de balles. T’aurais pas dû les pointer du doigt, les balancer aussi salement, mais c’était ta seule défense, ton unique chance de pas te faire engueuler, la seule chose que tu avais en tête en si peu de temps. Le mal est fait, maintenant tu dois supporter leurs foutus regards, bougeant par moments ton mannequin pour les cacher, les ignorer, tu t'accroches à lui, comme si c’était ton seul bouclier, ta seule chance de survie. Tes yeux ne cessent d’admirer le sol carrelé du magasin, c’est gentil un parquet, ce n'est pas dangereux, ça ne mord pas, ça t’envoie pas des regards acérés. Mais ce qui t’arrive est complètement de ta faute, t’aurais dû t'écraser comme tu le fais si bien, et non crier comme un sale gosse, t’agite en conséquence ton pauvre mannequin en espérant ne pas te faire botter le cul devant autant de monde. Mais à la place, tu sens une présence près de toi, ta tête se relève, et t’en sursaute presque de surprise, apercevant enfin la bouille du garçon que t’avais bousculée il n'y a pas si longtemps, celui que t’avais complètement oublié, le voilà en face de toi, bien trop près, il te regarde de la tête aux pieds, te détaille sans vergogne, tandis que tes potes s’amusent à te lancer des regards remplis de sous-entendues. Ils profitent pour se venger, s’amuser de la situation, ils se donnent des coups de coudes, te donnent des sourires vicieux, et ils le savent, t’es un peu de l'autre bord, donc ils t’emmerdent avec leurs gestes à la con, leurs sous-entendues, leurs regards appuyés, tu sais pas si juste toi qui imagines trop de choses, ou bien vraiment leurs réelles envie de t’emmerder en guise de vengeance. Tu lâches maladroitement le pauvre mannequin, manquant par moments de le faire tomber, voilà que tu jongles maintenant, t’essaye tant bien que mal de le reposer correctement à sa place initiale, mais à chaque fois tes mains glissent, dérapent, et tu manques parfois de te le claquer contre ton visage, c’est comme si d’un coup, t’avais du savon sur les mains et que t’arrive plus à accorder tes pensées et tes gestes, un autre te guides, t’emmerde, et tu finis par lâcher enfin l’objet de défense, tu lâches tout d’un coup dans un énervement pas possible, mais forcément, tu te calmes vite, comme d’habitude, tu lâches l’affaire, oublie tout. Tu te concentres maintenant sur le vendeur qui était beaucoup trop près de toi, t’as un léger mouvement de recul en guise de peur, toujours aussi timide, tu ne cesses de contracter tes muscles, les épaules rigides, tu ne peux que te contenter d’avaler ta salive et de te démener pour pas t’évanouir sur-le-champ. Tes narines sont emplies d’une odeur agréable, il sent trop bon, beaucoup trop, t’as presque envie de le serrer dans tes bras justes pour ça, mais non, évite ce genre de délire Andrew... Ouais, cache cette partie sombre de toi, c’est moche, pas beau, à la place, t’essaye de lui offrir un sourire timide, presque crisper, mais t’as l’impression d’être aspiré par sa beauté, autant de classes, ça devrait pas exister, tu le sais bien, tu ne serais jamais ce genre de mec, qui brille sans cesse et qui hypnotise n'importe quelle personne, il est trop classe, possède trop de prestance, et tu te sens tellement tout de petit devant lui, comme une sourit, tu te recroquevilles comme si t’étais devant un prédateur, t’attend patiemment d’être bouffé tout cru.

Bienvenue dans ma boutique ! Ne t’inquiète pas il n’y a pas de soucis. Je m’appelle Mika et c’est moi qui crée tout les vêtements qui sont présents ici. Je vais surement pouvoir t’être utile dans tes recherches. Est-ce que tu as une idée précise de se que tu veux ?

Tu restes un moment bloqué, ne faisant que l’admirer sans trop non plus chercher son regard, t’essaye de le contourner de temps en temps tout en restant restreint dans tes gestes, comme si t'étais coincé dans une caisse invisible, t’arrive plus vraiment à bougé ou à parler, tu n’ose même plus respirer devant lui.

Lut….

Disais-tu dans un chuchotement, presque inaudible. Ne sachant pas quoi faire de tes mains, tu les ranges presque instinctivement dans les poches de ton sweat, balançant automatiquement ton bassin, t’es gêné, incroyablement gêné, mais t’es aussi impatient, t’as hâte de finir ce supplice, de rentrer chez toi, dans ta tanière, ton territoire, mais surtout, tu vas pouvoir te cacher dans ton sac de couchage et oublier tout ça.

Déjà, commençons par rejoindre le rayon homme peut-être ? ce n’est pas qu’une robe ne t’irait pas mais je ne suis pas sur que cela te plaise.

Il te plante un couteau en pleine poitrine, le tourne une fois pour te donner plus de douleurs. Et toi, tu sens la lame transpercer ton pauvre cœur, t’as maintenant un trou béant en plein cœur, débordant de pue, t’es sales incroyablement sales, mais en ce moment, t’es surtout blessé par ses mots, le fait que tu puisses porter une robe blesse ton ego, ta dignité d’homme en prend un coup. Tu ressembles à une femme ? T’imagine déjà toi avec des vêtements de filles, et t’en a des frissons, grimaçant au possible, disons que tu pourrais détruire la vue de plusieurs personnes si tu portes ça un jour. Et pourtant, tu n’oses pas le dire Andrew, tu caches un mauvais souvenir dans ta tête, une caisse de la honte, et parmi les diverses conneries que t’essaye d’effacer, t’as ce moment où tu avais essayé des vêtements de fille, ce moment où t’étais complètement bourré, tu n'as pas envie de te remémorer ça, et ton cerveau refuse, te bloque un moment et renferme définitivement cette caisse, jamais tu te remémoras ça, et heureusement, car ce n'était pas non plus un moment joyeux. Il t’indique le chemin, avec un sourire bien trop beau pour être vrai, t’en devient presque aveugle, t’hésite même à bouger pendant quelques secondes avant de le suivre docilement, les autres te rattrapent, l’un d'eux coince ta tête contrée sous son bras, il t'ébouriffe les cheveux avec un large sourire, les deux rient de bon cœur tandis que tu serres les dents, tu ressens une multitude de picotement contre ta tête alors que tu souris habilement, d’un air taquin, tu le regardes, t’en devient presque joueur Andrew. T’ose te retirer de là et tu le pousses légèrement en signe de vengeance, comme des gamins, vous jouez ensemble alors que vous suivez le jeune homme, n’apportant pas vraiment votre attention sur lui ou ses moments de discutions qu’il pourrait apporter. Tes potes s’arrêtent subitement et tu fais de même, voyant enfin les divers vêtements proposés pour les hommes, énormément de choix, même, trop de choix pour toi, car t’es pas un mec qui cherche du style, d’habitude, tu choisis les vêtements en fonction de leurs durabilités, le reste, t’en a rien à foutre, même si t’as l’air con, t’aime tes vêtements. Ton regardé se portent un peu partout avant de lever la main tel un enfant qui veut prendre la parole.

En vrai...J’sais pas quoi choisir....
Choisis le moins cher non ?
C’est vrai que t'as pas de thune toi, vu l’état de ton appart, mais faut un truc sexy, sinon tu vas pouvoir chopper personne.

Nouveau clin d’oeil. Tu sais bien qu’il t'embête, qu’il te connaît parfaitement, toi et ton envie insatiable d’avoir un corps nu contre toi chaque soir, mais t’es gênée qu’on te fasse ce genre d'allusion, car t’es quand même un timide, et pas un tombeur, alors, ouais, t’oserait pas demander ce genre de chose à un mec aussi beau, car pour toi, t’es bien en dessous de lui, trop sale, trop moche, trop con, t'inventeras toujours des excuses de toute façon. L’une de tes mains se plaque brutalement contre ton visage, laissant ainsi une marque rouge pendant quelques secondes, mais en même temps, t’en pouvait plus de ses potes qui révèle tout, mais t’en pouvais plus de rester ici non plus, t’es pas dans ton monde, t’es pas sur ton territoire, t’es perdues sur une terre inconnue. T’aimerais leurs dires de se taire, d’arrêter d’insinuer que t’es un putain de tombeur, un oiseau de proie qui chasserait sans vergogne, t’es qu’un pauvre pigeon, tout doux, tout gentil, mais surtout, complètement con. Mais comme d’habitude, tu n’oses rien dire, comme d’habitude, tu t’écrases, t’ose te retenir en maltraitant ta lèvre inférieure avec tes dents.




Mika Seijuro
Team Mystic
74
19 ans
styliste
Quartier Umi
1090
11
74
19 ans
styliste
Quartier Umi
1090
11
Team Mystic
avatar
Icon :
Messages :
74
L'âge du personnage :
19 ans
Métier :
styliste
Habitation :
Quartier Umi
Pokédollars :
1090
Niveau :
11
The bad boys

ft. Andrew



Le joli cœur n’as vraiment pas l’air dans son élément, il fourre ses mains dans ses poches, se dandine, ne sait pas ou fixer son regard. Enfin bref, si je ne trouve pas un moyen de le mettre en confiance, il va prendre la poudre d’escampette avant d’avoir acheter quoique se soit.

- Ne t’inquiète pas, tes amis et moi nous sommes là pour te conseiller dans ce cas. Est-ce que je peux te faire une proposition ?

Il est vêtu d’un sweet à capuche et semble se plaire dedans malgré le fait que le vêtement soit complètement déformé à force d’être lavé et porté. Je fouille donc dans mes rayons à la recherche d’un sweet que j’ai cousu il n’y a pas longtemps. Je mets enfin la main sur ce que je cherche et prend la bonne taille avant de revenir par le petit groupe. Je présente le sweet aux trois amis dont je ne connais absolument pas le nom. C’est un sweet bicolore tout ce qu’il y a de plus simple : Le corps est gris alors que les manches sont noirs.

- Je l’ai aussi en une autre couleur, vert clair et les manches verts sapin ! Avec un slim noir c’est parfait ! Mais oublions les bavardages, moi et tes copains on va te choisir des affaires qui semblent te correspondre et tu nous montres ce que ça donne.

J’ai fourré le sweet dans les bras de son peut-etre futur propriétaire et pousse distraitement ce dernier vers les cabines d’essayage avant qu’il n’ai le temps de protester de nouveau ou de s’enfuir. Je me tourne ensuite vers ses deux copains qui se retiennent difficilement de rire devant la situation et je leur fait un clin d’œil

- Et vous deux : au boulot !

Ils me sourient et se lance dans les rayons à la recherche de vêtement adapté pour leur ami. J’en fais de même et me retrouve rapidement avec dans les bras un pull crème à col roulé, un jean gris ardoise déchiré au niveau d’un genou et un jean bleu ciel avec des fermetures éclairs en travers des cuisses et sur les chevilles. Je retourne au cabine d’essayage et toque distraitement à la porte.

- Ça va tu t’en sors ? j’ai trouvé d’autres articles pour toi ! montre-nous quand tu en essaye un qu’on te donne notre avis

Je passe la tête dans l’encadrement de la tête et évite de fixer le beau garçon plus longtemps que nécessaire même si je m’attarde sur les traits fins de son corps. Je lui donne els articles et ressort au moment ou ses copains reviennent eux aussi avec quelques articles pour le jeune homme et j’espère aussi quelques uns pour eux. Si il pouvait tous repartir avec un truc ça me ferait de la pub un peu et j’aurai gagné ma journée. Ça me permettrait d’acheter du tissu pour finir une commande que j’ai reçu via mon site.

Je laisse les trois discuter ensemble et je m’assois sur l’un des canapés en face des cabines en attendant qu’il nous montre comment lui vont les vêtements. Une fois leur discussion terminée, les deux acolytes viennent me rejoindre sur la banquette et on attend avec impatience en guettant chaque bruit de vêtements qu’on enfile.
Andrew Smith
Team Instinct
52
24 ans
Em. dans un Fastfood
Quartier Machi
430
12
52
24 ans
Em. dans un Fastfood
Quartier Machi
430
12
Team Instinct
avatar
Icon :
Messages :
52
L'âge du personnage :
24 ans
Métier :
Em. dans un Fastfood
Habitation :
Quartier Machi
Pokédollars :
430
Niveau :
12
The bad boys1506 mots
Andrew
Smith
Mika
Seijuro
La bouche entrouverte, un léger filet de bave et les yeux grands ouverts sans vraiment trop bouger, voilà comment tu étais devant autant de rapidité de la part de ce beau jeune homme. Pourtant t’arrivais à l'entendre, tu arrivais à comprendre certains mots, mais non, rien à faire, t’étais trop con et trop lent pour lui au point que tu n’as jamais réussi à lui répondre. La tête un peu ailleurs, ton cerveau pense déjà à fuir dans un trou bien loin d’ici, chez toi, sauf que... Sauf que le regard appuyé de tes potes te bloque un au minimum, t’ose pas faire un geste au risque de te faire maltraiter par eux et leurs foutues rancunes. Tu ne suis que très peu la conversation, en vrai, tu comprenais que la moitié des mots, mais t’acquiesces vaguement sans trop rechigner, de toute façon tu ne saurais pas quoi lui répondre et t’oserais jamais dire non. Subitement tu as la sensation d’une douce caresse contre ta joue, un léger frisson te parcourt alors qu’on te refile juste un sweat, mais c’est confortable, voire moelleux, t’en sursaute presque de surprise alors que tu fixes le tissu, t’aime bien ce truc, t’en fout après la couleur, mais t’aime bien. Ta bouche s’ouvre en grand pour exprimer ton ressenti, mais pas le temps de prononcer une syllabe, le beau vendeur pose ses mains contre ton dos et essaye de te pousser contre les cabines, au début, tes muscles se crispent et t’ose bloquer le pauvre garçon, différence de taille et tout, avant de voir qu’il galère et te laisser aller, en vrai, Andrew, si t’étais pas con et aussi gentillet, tu pourrais facilement dominer quelqu’un, ouais, sauf que c’est foutu, tu pourras jamais avec ton caractère de bisounours. Ton regard bouge en direction de la porte de sortie, tu la reluques pendant un bon moment du coin de l’œil, lâchant après un long soupir, t’aimerais vraiment t’enfuir, mais même si tu te tapes un sprint, tu le sens gros comme une maison que tu vas te rétamer à la fin, de toute façon, t’as peu de chances de pouvoir fuir devant tes potes bien plus rapides que toi, non, vraiment... Tu semble entendre quelque pouffement à rire alors que tu te rétames légèrement lorsque tu entreprends d’entrée dans l’une des cabines. PUTAIN ! J’avais dit qu’on ne se moque pas ! BORDEL ! Tu semble doucement t'énerver alors que tu tournes brutalement la tête vers eux pour lancer un regard assassin, sauf, qu’avec ta tête, cela sonne bizarrement et tes potes rient de plus belles, t’ose simplement ronchonner tout en fermant le rideau de la cabine.

Ouais chef !
Viens on lui choisit des fringues moulants !
ALLER VOUS FAIRE FOUTRE !

Criais-tu à plein poumons alors que tu étais coincé dans ta petite cabine. Ton corps se laisse claquer contre la paroi de la cabine, laissant un bruit sourd résonne dans le magasin, ton front cogne brutalement la paroi et t’ose laisser échapper un dernier sourire d'entre tes lèvres entrouvertes avant de lâcher enfin le morceau de tissu qu’ont t’avais gentiment offert. Tes mains attrapent les pans de chaque côté de ton sweat, d’un geste lent tu soulèves celui-ci et te débarrasses enfin de ton seul bouclier, montrant ton torse imberbe recouvert de quelques petites cicatrices, traces de tes innombrables conneries. Ton sweat adoré est désormais jeté contre le sol d’une manière brutale, désormais tu prends cet inconnu, ce morceau de tissu confortable à souhait dont tu galères à mettre sur toi, le frottement du tissu contre ta peau te procure un léger frisson plaisant alors que tu sembles te forcer à t’habituer à la forme et l’odeur de vêtement neuf, c’est vivifiant et plutôt plaisant comme sensation. Ta petite tête se relève et t’ose désormais te mater devant la glace, les couleurs changes, la sensation est encore un peu bizarre, mais sinon t’es pas mal avec ça, t’ose te retourner légèrement, de dos aussi t’es pas mal, t’en a presque un léger sourire victorieux Andrew.

Si avec ça je pécho pas…

Disais-tu dans un murmure presque inaudible. Ne voulant pas forcément ce faire entendre pour ce genre de remarque, tu le sais bien Andrew, ils pourraient te charrier là-dessus, sur tes fameux coups d’un soir, ta drague qui ne marche jamais et ta façon d’admirer les courbes, homme ou femme. L’envie d’en faire un peu trop était là, t’en fait la connerie, t’ose soulever l’un des pans de ton sweat, dévoilant ainsi ton torse parfaitement imberbe hormis cette petite ligne qui remontait de ton jean jusqu'à ton nombril, discrète, subtile, mais elle faisait souvent toute la différence. Le teint hâlé, des muscles plus marqués, plus prononcé. Tu t’admires sans aucune gêne, mais un détail te perturbe, une mèche bleue que t’aperçois dans le miroir, ton regard se tourne vers celle-ci avant d’apercevoir une tête entière dépasser du rideau. Sur le coup tu n'arrives pas à capter que c’est le vendeur, t’ose-le dévisager pendant un moment, le regard fixe, et enfin, le déclic, un cri aigu s’échappe de ta bouche alors que tu relâches le tissu et sursaute brutalement, au point de te cogne contre l’une des parois de la cabine, t’as eu peur, mais vraiment peur, t’es à la fois gêné et apeuré, tes bras bougent sans cesse, alors que tes pommettes rougissent malgré toi, en totale contradiction envers tes yeux qui sont écarquillé de frayeur.

PUTAIN ! Vous m’avez fait peur bordel !

Mais pourtant, c’est toi le con, car c’est toi qui n'as pas entendu ses paroles qui disaient pourtant devant ta cabine, t’es sourd ? Non, juste trop con, tu te matais sans vergogne tout en oubliant ce qui t’entourait, coincer dans ta petite bulle parfaite.

Ah… Euh… Désolé… J’vous avais pas entendu m’sieur...

Gêner, incroyablement gêné, t’avais envie de courir loin et de te foutre en plus chez toi, dans ton trou à Rat... T’évite soigneusement son regard alors que tu prends le tas de vêtement qu’il te donne assez rapidement. Ta bouche est encore ouverte, près à donner ton avis, mais trop tard, t’es pas assez rapide Andrew, au point qu’il est déjà partie de la cabine et s’en est éloigné… Maintenant c’est tes potes qui entrent complètement dans la cabine, blague salace et compagnie avant de te refiler enfin leurs vêtements, et putain, tu le savais ! Que des vêtements moulants et des jupes, bordel... T’es pas une meuf !

BANDES DE CONNARD ! J’SUIS PAS UNE GONZESSE !

Ils pouffent de rire, te reluque davantage avant que l’un d’eux lance avec nonchalance.

Pourquoi t’as le visage rouge ?

DÉGAGEZ !

Ils ont touché l’un de tes points sensibles, le titille sans remords et te font vite réagir, balançant les jupes que tu n’oseras jamais mettre sur leurs gueules tout en les jartant d’un coup pied au cul dont tu regretteras plus tard. Il pouffe de rire à nouveau avant d’enlever les vêtements qu’ils avaient sur la tête pour les plier et les garder dans leurs bras, rejoignant par la même occasion le jeune vendeur, ils l’entourent et s’affalent de manière vulgaire sur le canapé alors que tu te bagarres encore avec les vêtements pour les enfiler, une énergie nouvelle bouillonne dans tes veines... Les deux compères baillent mutuellement et discutent en attendant que tu enfiles tes fringues.

Et après on fait quoi ?
J’sais pas...Draguer ? Ou on peut encore s’enfiler des bouteilles et danser sur l’un des toits ? C’est toujours trippant de voir Andrew qui danse totalement bourré tout en défiant la mort à chaque fois.
Ouais, de toute façon, c’est un zombie ce mec, il pourra jamais mourir, d’ailleurs, t’as pas envie de t’amuser un peu plus avec ?
Tu sais bien qu’il est select avec les mecs depuis le fameux accident, si tu veux te le taper, faut carrément le rendre totalement saoul ou voir même, le drogué...

Ils savent que tu n'entends rien, tu ne captes rien. T’es bien trop occupé à te mater dans la glace, muni de ton nouveau pull ainsi que le jean déchiré qu’on t'a proposé. Normalement t’aiment pas les pulls, ce n'est pas pratiquement et c’est super fragile, mais tu ne sais pas pourquoi, t’ose craquer, te montrant fièrement dans la glace, t’en gonflerais le torse juste pour te bader Andrew, t’as trop de fierté en toi, au point d'élargir ton sourire, victorieux de tes choix, d’un geste brutale t’ouvres enfin le rideau et d’un pas vif tu montres aux autres tes nouvelles fringues. Tu gonfles subitement le torse Andrew, te retournant bien trop souvent tel un gosse impossible à tenir, la voix encore enfantine, t’ose crier à haute voix et dans une joie non dissimulée

Alors ? ALORS ? J'suis beau gosse hein ? Non, vraiment, c’est bien hein ? J’ai pas l’air con ? Moi j’aime, vraiment j’aime, vous aimez ?

Putain on t’arrête plus Andrew, tel un chien qui veut attraper sa queue, tu ne fais que tourner en rond sans t’arrêter, bien trop excitée de faire ses essayages.
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» TNA 4 janvier. Scott Hall, X-Pac, Nasty Boys... et Hogan!
» Canadian aid worker guilty of assaulting Haitian boys
» Mika-thinking... J'suis amoureux? (T-d-T, libwe)
» Nils Relationships || You like Swedish boys ?
» Mika ramene une fille [ pv pauline ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: