Ketchup ou mayo ? • ft.Akeem Llancaster
Andrew Smith
Habitant
42
24 ans
Em. dans un Fastfood
Sous un carton
4230
5
42
24 ans
Em. dans un Fastfood
Sous un carton
4230
5
Habitant
avatar
Icon :
Messages :
42
L'âge du personnage :
24 ans
Métier :
Em. dans un Fastfood
Habitation :
Sous un carton
Pokédollars :
4230
Niveau :
5
Ketchup ou mayo ?
ft. Akeem Llancaster
Spice Girls - Wannabe
L’heure fatidique a sonné.
Ta petite heure de pause est désormais terminée, il est maintenant l’heure de retourner travail, servir les clients qui tirent des gueules pas possibles, sentir l’odeur de friture comme si ont t’avait foutu carrément foutue dans le bac, et un tas d’autres trucs que tu n’arrives pas à supporter dans ton boulot, mais même si tu le détestes, t’arrive pas à t’en décrocher, car au fond, t’es super bien payé pour un mec qui branle pas grand-chose et qui en plus, fat une multitude de connerie. Tu pourrais presque dire que t’es payé pour ton cul en fait, car les nombreuses tapes aux fesses, tu penses pas que c’est juste par gentillesse, t’es con, mais pas à ce point. T'entends brièvement un homme qui hurle au loin, voix rauque, voire tremblante, c’est le patron, le seul vieux qui a du chien, et le seul qui ose t’engueuler. Tu décroches ta dernière cigarette de tes lèvres et tu la jettes brutalement contre le bitume, la dernière bouffée de nicotine s’échappe d’entre tes lèvres entrouvertes, ta tête penchée vers le ciel, juste pour faire le mec classe alors que personne te mate et que t’es juste devant les poubelles du restaurant, tout de suite, avec l’odeur de merde, c’est moins classe, mais à force de sentir la friture, tu penses que ton odorat est complètement foutu, perdue. Justement, en parlant de friture, ton dos percute la porte de l’enfer, poussant celle-ci à contre cœur, te voilà maintenant dans la fournaise, rien que l’odeur, cela te dégoute, te donne envie de rester avec les poubelles, tu serais même capable de discuter avec des sacs de déchets pour faire genre que t’es occupé, mais trop tard, les yeux de ton patron te fixent, tel un putain de radar, il t’analyse, t’identifie et ne te quitte plus. Ses amies qui l'accompagnent ont un sourire vicieux, t’en a des sueurs froides, franchement, t’a peur pour ton cul avec eux... T’ose même pas imaginer ce qu’ils ont dans la tête, non, faut pas rentrer là-dedans, t’es persuadé que c’est interdit aux mineurs... Maintenant c’est malin, t’es trop peur de faire le moindre mouvement maintenant, restant ainsi comme un con, devant la porte qui se ferme derrière toi, t’es presque comme dans un film d’horreur, sauf que là, les monstres, c’est les vieux.

Ne reste pas planté là Andrew ! Il y a du boulot en cuisine...

O….Ouai….Ouais m’sieur...

À peine audible, t’avais une petite voix de petit garçon apeuré. Tu ne sais pas si c’est le fait d’avoir répondu timidement ou le fait que tu marches comme un robot, mais les serveuses te reluquent sans cesse avec sourire attendrie coller sur leur foutu visage, tes défenses baissent progressivement tandis qu’on attaque régulièrement à coup d’épaule, car t’es même pas foutue de regarder droit devant toi et d’éviter les pauvres serveurs qui font convenablement leurs boulots, en cuisine, c’est encore pire, on te gueules dessus, tu deviens le souffres douleurs à coups de moquerie avant qu’on te balance une pile d'assiettes dans les mains, chose à ne pas faire avec Andrew, c’est l’une des règles primordiales avec lui, ne pas lui confier de truc qui CASSE ! Un bruit d’assiette cassée retentit au loin, se répand dans tout le fastfood, tu ne sais pas trop ce qui s'est passé, encore une fois la gaffe était plus rapide que toi, lent à la détente, tu ne fais que constater les dégâts, une pile d'assiettes entièrement cassées, ton cul contre le sol graisseux de la cuisine, encore une fois t’es pas foutue de faire ton travail correctement, encore une fois t’as merdé sans comprendre pourquoi. Le stresse ? T’en sais trop rien, il t’a donné les assiettes, tu n'as pas trop calculé et t’es tombé comme une merde, t’imagine déjà la tête du vieux, consterné, énervé et pourtant il ne te dira rien, car tu sais pas pourquoi, il te garde, malgré tes conneries, malgré que tu sois idiot, toi, tu penses que c’est grâce à ton cul que t’es là, et t’as pas envie de te poser plus de question. T’as tout de même le droit à un sermon de certains jaloux, des rires battent en échos, les regards sont braqués sur toi, tu bosses ici depuis quelques jours et voilà connu comme le grand maladroit de la bande, le malchanceux et le couillon, d’ailleurs, à peine tu sors de la cuisine, tout penaud, des personnes rirent à gorge déployée devant ta connerie phénoménale. Certains envoient des vannes alors que ton patron, lui, il semble mitigé. Tu déglutis avec difficulté, t’as peur, très peur, t’imagine bien qu’un jour il te demande de passé sous le bureau, t’aimerais pas, car c’est un vieux, encore un beau gosse jeune, t’en fout, mais un vieux, tu penses que sa verge est plissée de toute part, plein de rides…. T’es dégoûté, voilà... Mais tu te retiens de montrer ça sur ton visage, t’es juste neutre, hésitant un peu, t’as tout de même des sueurs froides qui ne cessent de perler sur ton front, puis viens enfin la libération, il te fait signe, parle, désigne le fameux ballet, ton pote, ton meilleur pote, la seule chose que t’arrive à faire correctement. Un large sourire étire tes lèvres, montrant un peu tes dents, on dirait un vrai gamin tout content de lui, heureux de retrouver son pote le balai, mais heureux aussi de savoir qu’il va faire du nettoyage, chose simple, qui ne casse pas, forcément les vieux sont attendrie devant une bouille si... Si innocentes ? C’est vrai que tu fais un peu trop enfant sur les bords, prenant le balai en pleines mains, tu gonfles ta poitrine et tu te mets à nettoyer en chantonnant, tranquille, pépère, avant de remarquer une jolie paire de fesses. Au début, tu reluquais sans mauvaise attention, de dos, la personne semblait belle, avec une certaine prestance, mais ton côté pervers est vite sortie, détaillant malgré toi le tracé de son dos, ses hanches, ses fesses, si t’étais un chien, tu lui aurais sauté dessus sans aucun remords, mais heureusement, t’es pas encore à ce stade, pour le moment, tu ne fais que mater en silence, passant le balai par moments sur les pompes de quelques passants, tu regardes pas encore devant toi, sacré Andrew. Tes dents viennent taquiner ta lèvre inférieure alors que tu te disais que c’était un joli brin de fille, t’aimerais bien en faire ton quatre heures, un coup d’un soir, lui écarter les cuisses et te laisser aller au plaisir charnel, t’étais prêt à dragée de la minette, même si t’étais au boulot, alors, tu t’approches furtivement, dans son dos, tu passes le balai, sifflotant joyeusement avant de passer un coup d’épaule contre la sienne, ne voyant pas sa tête avec sa magnifique chevelure, t’espérais que ce ne soit pas un thon…

Ah ! Désolé bel…..

Moment de silence, tu fixes la mystérieuse demoiselle pendant un bon moment, reluquant celle-ci sans aucune gêne, sans même continuer ta phrase, t’es trop surpris pour ça, après plusieurs minutes à reluquer cette personne sans dire aucun mot, t’ouvre ta bouche dans un “o”, presque trop surpris, tu percutes enfin que ce fût un mec. Ton balai en main, t’essaye de trouver les mots, et à chaque fois que t’essayes de parler, tu bloques, ne sortant ainsi aucun bruit de ta bouche.

D...Désolé m’sieur...
Akeem Llancaster
Habitant
11
24 ans
Designer de bijoux à temps partiel
Quartier buruu
1300
5
11
24 ans
Designer de bijoux à temps partiel
Quartier buruu
1300
5
Habitant
avatar
Icon :
Messages :
11
L'âge du personnage :
24 ans
Métier :
Designer de bijoux à temps partiel
Habitation :
Quartier buruu
Pokédollars :
1300
Niveau :
5
Ici
Akeem
Llancaster
Ketchup ou Mayo ?
Akeem se regarda dans le miroir pour la deuxième fois en trente secondes, se demandant s’il faisait assez convainquant pour passer pour un individu de la classe moyenne lambda. Dans sa tête la réponse était oui. Comme si mettre un jean et un haut noir suffisait à dissimuler sa richesse. Un œil attentif verrait que le jean était parfaitement conçu pour épouser son corps, valorisant son postérieur, et que la chemise légère était faite en délicate matière fluide d’un noir profond sans aucun défaut, s’ouvrant légèrement sur son torse halé. Même ses baskets blanches neuves étaient totalement confortables. Au moins on était sûr qu’Akeem n’était pas de ceux dormant dans un caniveau. Un trait de khôl pour mettre en valeur son regard doré, une pointe de parfum épicé et deux boucles d’oreilles plus tard, le jeune homme salua Saabir qui dormait de toute façon et partit de son appartement avec Nell gambadant à ses côtés, ravie de prendre l’air.

Le quartier Chouwa lui sembla un bon lieu pour commencer son exploration d’Eternia City. Il s’y rendit par téléportation puis grâce à la connexion de l’Armillam Pulsar, il avait lancé une application pour lui servir de GPS jusqu’au quartier visé. D’après la description, ce serait un lieu calme, avec un petit côté nature, parfait pour y balader sa germignon joyeuse. Il s’arrêta dans un petit parc pendant une heure où des personnes âgées discutaient sur les bancs et une troupe de gamins jouaient au ballon. Une enfant vint voir Nell de plus près, surement attirée par les couleurs rose et blanc très girly de la germignon. Confiant en sa pokemon, Akeem assis sur l’herbe laissa la petite s’extasier sur la germignon en caressant un peu la pokemon – celle-ci se laissait faire sans soucis – puis retourna vers ses amis.  Quand ce fut l’heure de manger, il regarda à nouveau son bracelet, pianotant pour trouver le point de restauration le plus proche. Cela lui indiqua un fast-food apparemment réputé.

De fait, il s’y dirigea. En entrant à l’intérieur, il plissa le nez, peu habitué à autant de monde et d’odeur de frites. En plus il y avait la queue, ce qui n’était pas vraiment pour plaire à Akeem, et une étrange population vieillissante. Un bruit d’assiettes cassées lui fit hausser un sourcil mais il ne s’y attarda pas plus que cela, tâchant de faire son choix parmi les produits à bas prix proposés. Soyons fou ! Il prendrait hamburger-frite-soda –ohlala quelle expérience – quand viendrait son tour, ce qui n’était pas encore le cas. Akeem vit un peu de mouvement vers lui, un balayeur du fast-food, aussi ne lui prêta-t-il pas vraiment attention, jetant parfois un coup d’œil vers Nell pour s’assurer qu’elle ne gêne pas le passage.

Soudain il se sentit bousculé un peu, suivit d’un : « Ah ! Désolé bel….. ». Son regard doré se posa vers l’importun, le balayeur très visiblement. Akeem cligna des yeux lentement, pour lui laisser le temps de faire des excuses correctes mais l’homme semblait avoir perdu l’usage de la parole. Qu’avait-il voulu dire ? « Bel inconnu  » ? Si tel était le cas, Akeem l’excuserait mais pour le moment rien ne sortait de la bouche du malotru, juste une espèce de « oh » qui n’avait rien à faire là de son point de vu. Cela lui fit hausser un sourcil, dans l’expectative, et le jeune homme eut tout le loisir de se dire que le rustre avait une figure plutôt sympathique à regarder, ainsi qu’une carrure pas mal pour un balayeur de fast-food. Au moins fut-il plus discret que l’homme ne ménage dans son appréciation, finissant par se constituer un masque de neutralité poli pour cacher son agacement croissante devant une telle attitude déplacée.

- D...Désolé m’sieur...

Quoi ? C’est tout ? Akeem se vexa presque d’avoir subi toute cette attente pour rien. Qu’à cela ne tienne, le Llancaster lui servit un sourire poli – des années d’expériences :

- Vous gênais-je dans votre travail ? Vous m’en voyez navré.

Il avança d’un pas pour lui laisser le passage. Une caisse se libéra, c’était à son tour. Avant d’y aller, il ajouta, poli en toutes circonstances :

- Bonne journée monsieur.

Sur ce Akeem alla passer commande, laisser derrière lui une légère odeur de pachouli. Une serveuse amicale lui demanda ce qu’il souhaitait, et c’est toujours avec son élégant sourire que le jeune homme passa donc sa commande, un hamburger-frite-soda avec de la mayonnaise en sauce et paya à l’aide du bracelet haute technologie. Il demanda des couverts ce qui fit siller la serveuse et n’en eut qu’en plastique. Sans plus se soucier du rustre individu l’ayant percuté plus tôt, Akeem partit se trouver une table tranquille, la démarche confiante, son plateau entre les mains. Nell sauta sur la chaise à côté de lui en observant les lieux de ses yeux candides, attendant son maître patiemment. Celui-ci sortit ouvrit sa boite de hamburger et entreprit de le couper avec les couverts en plastique, ce qui était quelque peu laborieux, mais il ne voulait pas en mettre partout sur ses doigts ce qui lui valait quelques regards en biais de clients.
Andrew Smith
Habitant
42
24 ans
Em. dans un Fastfood
Sous un carton
4230
5
42
24 ans
Em. dans un Fastfood
Sous un carton
4230
5
Habitant
avatar
Icon :
Messages :
42
L'âge du personnage :
24 ans
Métier :
Em. dans un Fastfood
Habitation :
Sous un carton
Pokédollars :
4230
Niveau :
5
Ketchup ou mayo ?
ft. Akeem Llancaster
Spice Girls - Wannabe
Gêné, considérablement gêné, tu ne sembles pas vouloir en faire plus pour le jeune inconnu, ton regard fuit presque le sien, pourtant, si t’avais envie, tu pourrais rester plongé dedans pendant une éternité, ils sont tellement beaux, et pourtant, ils ne sont pas vraiment unique, doré comme deux magnifiques pièces d'or, t’avais l’impression de te trouver devant un prince d’Égypte qui avait tout l’or qu’il possédait dans ses yeux. Un échange de regards, un sourire, et pourtant t’en a croisé des mecs, t’en a croisé des regards, mais pas comme des celui-là, pour le moment t’étais comme un chat, farouche, distant, tu ne faisais que le contempler brièvement, même si l’envie de le mater te plaisait bien, tu te retenais presque, ne voulant pas paraître trop bizarre.

Vous gênais-je dans votre travail ? Vous m’en voyez navré.

Pendant un moment, t’hésitais à rétorquer devant ses paroles, te justifier, te défendrais, mais rien à faire, t’es trop timides pour ça, et tu t’écrases, comme à ton habitude, n’osant rien lui dire, tu faisais que de le regarder de temps en temps, même si ta tête était collée contre le sol, t’admirais le sol, au lieu de l’admirer lui, car t’as peur, peur de paraître bizarre, peur de paraître trop impoli. Te bouge d’un pas et te laisse un passage, voulant dire qu’il ne voulait pas discuter plus amplement avec toi, peut-être, t’en sais trop rien, mais t’as grave merdé Andrew, voilà ce qui arrive quand tu confonds une fille et un mec, même en même temps, ce n'était pas de ta faute si ses fesses sont aussi belle que ceux d’une femme, pas de ta faute si ses hanches sont finement tracées et sont de bonne proportion, de toute façon, t’as toujours aimé les corps humains, leurs courbes, légères et fines, homme ou femme, quelle importance, tant que les courbes te plaise.

Bonne journée monsieur.

Tu sais pas pourquoi, mais quand il parle, t’as l’impression d’étouffer, comme si tu pouvais plus respirer, peut-être qu’il était trop près, mais en même temps, c’est toi qui as commencé avec ta connerie, fallait bien que tu payes les pots cassés. Les épaules aussi dur que de la pierre, tes muscles c’était contracter malgré toi, en sueur presque, tu n’osais rien dire, le laissant déverser ses mots sans vraiment trop écouter, tu ne faisais que le contempler de temps en temps et laisser chuter ton regard la plupart du temps vers le sol, agitant par moments ton balai pour enlever un peu de ta nervosité, le visage crispé, t’es incroyablement nerveux Andrew, mais en même temps, des clients aussi beaux et qui sentent aussi bon, c’est rare, très rare, l’odeur ne t’avait pas passée sous le nez, c’est un peu épicé, mais aussi sucré, c’est doux, et puissant à la fois, cela ampli tes narines, sans le comprendre, tu savoures cette odeur avant qu’il s’enfuit loin de toi, juste à la caisse, c’est vrai, toi t’es qu’un stupide employé et lui le client, différence, que tu nous tiens. Doucement, tes muscles se décontractent, tes épaules s'affaissent et tu reprends peu à peu ton calme que t’as toujours gardé, enfin, presque, car tu paniques quand même assez souvent Andrew, mais ça, c’est ta putain de timidité qui s'accroche à toi comme un putain de bébé koala, t’es la mère koala qui n’arrive même pas à se décrocher de son petit. Un long soupir s’échappe de tes lèvres légèrement entrouvertes, tu reprends ainsi ton ménage
tandis que les serveuses qui se promènent près de toi te donnent des petites tapes dans le dos, comme un signe de soutiens, elles t’encouragent vivement à être toi-même, certaines t’aborde dans des sourires ravageurs, presque aguicheuse, pour autant tu ne sembles pas encore capter leurs attentions particulières, tu ne fais que leurs rendre leurs magnifiques sourires, t’offre ton plus beaux sourires et balaye avec force, remplis de nouveau de détermination. Mais voilà qu’un rire dont tu connais parfaitement interfère dans ta concentration, dérapant un peu avec le balai, ta tête s’oriente vers les vieux qui étaient dans leurs coins, ils riaient de bon cœur, sans se soucier des jugements des autres, au fond, t’as toujours admiré cette partie de ton bosse, il peut rire, critiquer autant qu’il veut, et devant la personne concernée, il s’en fout royalement, c’est la classe ça pour toi, ne pas se plier au jugement, ne pas se laisser écraser, t’as presque des étoiles dans les yeux en le regardant. Mais très vite, tu perds de ton admiration en voyant le sujet de discussion, le garçon que t’as fait chier tout à l’heure, dont t’as merdé sévèrement. Tu fixes alors l’inconnu, d’un regard curieux, tu constates qu’il mange avec des couverts... Des couverts ? Pour un hamburger ?

DES COUVERTS ? Depuis quand on sert des couverts pour bouffer un hamburger ?

Tu ne savais même pas qu’on pouvait servir des couverts dans ce restaurant, alors c’est avec un ton surpris que tu balanças ses mots, sans même réfléchir aux conséquences, d’ailleurs, ton patron rigole de plus en belle, les mains contre son ventre, il est plier le pauvre, mais en même temps, il aime rire de ta connerie, et justement, pour pousser le bouchon un peu plus loin, il te regarde davantage, avec un large sourire triomphant, il sait ce qu’il veut, maman... J’ai peur...

Tiens, toi qui ouvres ta si grande gueule Andrew, va au moins montrer comment ça marche ici, et mange aussi, tu n'as pas eu de pause se midi non ?

C’est vrai, t’as complètement oublié de prendre à manger, ou même, de carrément manger, en même temps, t’as plus de fric pour bouffer, tout semble partir dans la nourriture pokémon et les derniers trucs qui t’étaient obligés d’acheter en arrivant ici, alors, pardon m’sieur de pas croulé sous les pokédollars ! J'suis pas un miaouss, merde... Tu hausses l’un de tes sourcils, une moue interrogatoire se pose sur ton joli minois, tu sais pas, t’hésites, et c’est en riant que ton patron te répond d’une voix taquine.

Ne me regarde pas comme ça ! Je te l’offre va !

Tu changeas bien vite Andrew. Du mec méfiant et timide, t’es vite devenu un petit chiot tout coutant, agitant presque la queue (par celle que vous croyez, bande de pervers) comme un petit rocabot, enfin, heureusement que t’as pas de queue d’animal sur toi, sinon on pourrait voir celle-ci s’agiter dans tous les sens.

OHHHHHH ! Merci m’sieur ! Je vous aime !

Disais-tu sans aucune attention particulière, tandis que les vieux semblent chuchoter entre eux dans des sourires presque sournois, mais t'était trop heureux pour capter quoique se soit, t’avais même encore le filet de bave qui pendait aux coins de tes lèvres. Tu poses maladroitement ton balai, tombant au sol, tu refais ton geste, il tombe encore, bon va te faire foutre le balai ! JE VEUX BOUFFER ! T’avais grave la dalle, et puis, surtout, t’en avais marre des boîtes de conserve périmée pour le dîner ou encore les pizzas froides du lendemain soirée bien arrosé, forcément, t’as envie d’autre chose, sans pour autant baver sur tes potes pour qu’ils t’offrent à manger juste par pitié, puis te voir heureux, ça fait toujours son petit effet, comme un petit chien tout mignon, tout heureux, le visage rayonnant, montrant avec envie ses belles dents, il se frotte les mains contre son jean, pour une fois, propre, et se prépare à commander, exciter comme un gamin, il prend au moins deux burgers, une bonne grosse part de frite, un bon coca, et surtout, un délicieux et magnifique milkshake, tu kiffes, ça, et tu vas pas t’en prier, jetant un regard au vieux pour voir si cela lui convient, attendant sa réponse, il acquiesce aisément et te sourit au passage, tu élargis ton sourire au maximum, une explosion dans ton cerveau, c’était le saint Graal aujourd’hui, tu prends donc commandes, tout heureux, et la serveuse te chuchote doucement que t’es mignon, voir trop adorable, tout en prononçant ton prénom avec envie, tu ne fait qu'acquiescer vivement tout en bavant encore plus, tu prends soigneusement ton plateau, te concentrant sur les divers mets, t’essaye de pas merder, pas merder, surtout pas merder, le visage sérieux, les sourcils froncés, t’as l’impression d’être en mission cruciale et de risquer ta vie pour cette nourriture divine, pendant un moment t’hésitais à faire comme le patron t’avait demandé, de t’assoir donc avec l’autre, mais.... Mais... Tu le sentais bien, ses regards lourds de sens derrière ton dos, t’as presque un frisson qui parcourt ta colonne tandis que tu frémis discrètement, tu marches donc vers l’inconnu, trainant des pieds, le regard timide, ne sachant pas où le poser, car bon, plongé le regard dans ses yeux, c’est mauvais, très mauvais, tu pourrais finir par le draguer et il va surement finir dans ton lit, pas que cela te dérange, mais tu penses qu’il n'est pas comme ça, tu captes pas grand-chose de lui, alors doucement, timidement, tu te joins à lui, sans vraiment lui demander, t’as zappé, t’es tout recroquevillé là, assis désormais devant lui, plateau posé, la petite plante ne semblait pas être dérangée par ta présence et te laissa venir, tes pieds s’entremêlent entre eux, jambes croisées, tu ne sais pas du tout comment débuter la conversation, ni même, comment lui faire comprendre que t’es pas méchant, juste un con...

Hey... Mec... Tsé, c’est pas comme ça qu’on mange... Mais c’est marrant, t’es un prince ou un truc comme ça ?

Une voix tremblantes, presque timide, tandis que les autres semblent consternés devant ta question stupide, leurs paumes contre leurs fronts, même les clients se marre en silence de ta connerie.
Akeem Llancaster
Habitant
11
24 ans
Designer de bijoux à temps partiel
Quartier buruu
1300
5
11
24 ans
Designer de bijoux à temps partiel
Quartier buruu
1300
5
Habitant
avatar
Icon :
Messages :
11
L'âge du personnage :
24 ans
Métier :
Designer de bijoux à temps partiel
Habitation :
Quartier buruu
Pokédollars :
1300
Niveau :
5
Ici
Akeem
Llancaster
Ketchup ou Mayo ?

Akeem se crispait de plus en plus. Il n’arrivait à rien avec les couverts en plastique qui menaçaient de se casser au moindre geste trop brusque malgré ses mains délicates. Il sentait les regards sur lui, et pas ceux d’admiration qu’il affectionnait tant mais plutôt ceux insistants, curieux, moqueurs, des autres clients. Malgré le brouhaha ambiant, Akeem pouvait entendre rire, peu discrètement, certaines personnes. Surement des gens jaloux de sa prestance. Ils ne pouvaient pas être aussi bien que lui alors ils se moquaient, pour sûr ! Ce n’était pas pour autant que le jeune homme était très à l’aise d’être ouvertement l’objet d’amusement des autres. Aller au fast-food n’était peut-être pas une si bonne idée finalement… L’idée de fuir cet endroit pour retrouver le confort et le calme luxueux de sa demeure sécurisée le titillait mais cela serait céder à la lâcheté. Un Llancaster ne pouvait pas être lâche et rentrer chez lui ventre à terre juste parce que les petites gens ne comprenaient rien à l’art de manger avec des couverts – aussi en plastique soit ils ! Tandis qu’enfin Akeem prenait ses premières bouchées, un mouvement incongru attira son attention, juste à temps pour voir le balayeur s’installer sous ses yeux ébahit.

- Hey... Mec... Tsé, c’est pas comme ça qu’on mange... Mais c’est marrant, t’es un prince ou un truc comme ça ?

…. Est-ce qu’un employé du fast-food venait de se mettre à sa table pour le conseiller sur la manière de manger un hamburger ? Est-ce qu’on avait déjà vu un serveur de restaurant aller s’installer en face d’un client tranquillement ? Voilà qui était saugrenu ! Surtout pour commencer sa conversation par un « hey mec », ce qui amenait logiquement au tutoiement, sans oublier que l’inconnu avait pris assez de nourriture pour au moins deux personnes ! Akeem fixait le balayeur stupéfait, mais devant ses paroles à peu près sympathiques, un sourire indulgent étira ses lèvres et il pouvait même éprouver un léger plaisir coupable à sentir leurs jambes si proches. Avec son assurance, il répondit légèrement amusé, toujours aussi souriant en arrêtant de couper son repas :

- Merci pour ce compliment mais non, je ne suis pas un prince.

Akeem reprit son activité de trancher son hamburger mais le couteau malmené se brisa dans un petit crac de plastique. Le Llancaster pinça légèrement ses lèvres contrarié puis déposa ses couverts désormais inutiles sur le côté de son plateau.

- Néanmoins, il semblerait que tu ais raison sur la façon de manger ça.

Après tout, l’autre l’avait tutoyé aussi. Le brun frôla un peu la jambe de son camarade de table, souhaitant le titiller légèrement, après tout il avait vu comment le mignon balayeur l’avait regardé ce qui flattait son ego d’être ainsi le centre de son attention. Peut-être même pensait il contrôler entièrement la situation. Oh bien sur le riche jeune homme ne souhaitait pas partager son lit - aussi spacieux soit il – avec un inconnu de suite mais il était fort plaisant de voir la réaction de son interlocuteur, de flirter légèrement. Par contre, il ne savait pas trop pourquoi employés et clients semblaient… rires – Akeem pensait être visé aussi- et songea que le mieux était de continuer à faire comme si de rien n’était au vu et au su de tous. Les yeux malicieux il déclara, tendant sa main qui n’était de fait pas encore grasse aux dessus des plateaux :

- Je m’appelle Akeem Llancaster, voici Nell et toi ?

Il supposait que pour un employé de fast-food son nom ne serait guère connu alors autant se présenter entièrement. Nell regardait le nouveau venu avec des yeux curieux, mais joyeux, semblant attendre de voir si celui-ci serait un nouvel ami avec qui s’amuser. Pour des yeux curieux, on pouvait apercevoir un fin collier d'or à son cou ( le plus discret qu'il avait), sur son index gauche une bague (en or elle aussi) en forme de serpent, sertie de deux petites pierres précieuses vertes pour symboliser les yeux, et enfin deux discrets anneaux (en or évidemment) en boucle d'oreille.
Andrew Smith
Habitant
42
24 ans
Em. dans un Fastfood
Sous un carton
4230
5
42
24 ans
Em. dans un Fastfood
Sous un carton
4230
5
Habitant
avatar
Icon :
Messages :
42
L'âge du personnage :
24 ans
Métier :
Em. dans un Fastfood
Habitation :
Sous un carton
Pokédollars :
4230
Niveau :
5
Ketchup ou mayo ?
Merci pour ce compliment mais non, je ne suis pas un prince.
Le dos courbé, le corps légèrement affalé sur la table, tu semblais prêt à entamer ton délicieux petit en-cas dont tu allais savourer pleinement comme une nourriture divine, en même temps, c’est différent de ce que tu manges habituellement, c’est comme un moment de fête pour toi là, t’as toujours ce filet de bave qui traine aux coins de tes lèvres dont tu ornes un sourire béat. Mais pourtant, t’es incroyablement stressé Andrew, voire même apeurée, devant un homme aussi beau qu’un diable et aux sourires sulfureux, il tient déjà son pique aux creux de sa paume, près a enfourché ses envies et à aspirer ton âme en un seul regard, mais quel regard ! T’en deviendrais presque accrocs Andrew, il affirme ne pas être un prince, mais d’après ses bijoux qui ornent sa peau et sa prestance, tu ne savais pas si tu devais le croire ou non, il fait tellement irréel pour toi, il t’étouffe, doucement tu commences à être gênée de son aura presque parfait, le regard troublé, tu ne fais l'éviter, lui et ses yeux sournois, il siffle, t’hypnotise, vilain serpent... Maintenant tu ne sais plus quoi faire, comme si n’importe quel ordre basique était effacé de ta mémoire, les gestes les plus primaires semblent erronée, t’as un bug, un gros bug, et tes hamburgers commencent doucement à refroidir, tu pourrais presque entendre les glaçons craqueler dans le gobelet de ton coca. T’es emprisonné dans sa bulle, t’es coincé, et pourtant, un bruit te fait sursauter doucement, un léger mouvement d’épaule avant que tes yeux fixent le problème, un couteau en miettes, tu sais pas si tu dois rire ou tu dois compatir pour lui, t’oserais pas ouvrir ta gueule dans ce genre de contexte et tu t’écrases encore et toujours.
Néanmoins, il semblerait que tu ais raison sur la façon de manger ça.
Mais t’as jamais su te retenir correctement, pouffant légèrement de rire avant de racler convenablement ta gorge, c’est là qu’il te lance des fleurs, te flatte sensiblement, et ton petit coeur a du mal à y croire, t’as l’air presque impressionner, formant avec ta bouche un “o” parfait, mais tu te ressaisis, fais le con et te voilà maintenant avec un air assuré, t’en fait presque trop Andrew, tu semble le mec le moins crédible du monde, mais t’es trop con pour réfléchir aux diverses conséquences et te lances dans une sorte de jeux risquer, un sourire presque taquin, un regard assuré qui n’hésite pas à plonger dans le sien, et maintenant t’ose parler comme un vrai beau parleur.
Sté... J’ai toujours raison ! D’ailleurs si tu veux apprendre des trucs, j'suis un pro sur tout et n’importe quoi !
Putain Andrew arrête tes conneries ! Ta phrase pue complètement le mensonge, tu veux faire le mec devant un gars beaucoup trop parfait pour toi, draguer, ou même simplement te la ramener est impossible avec ce genre de type ! Tu t’enfonces doucement dans ta propre mort, on pourrait même imaginer que tu appuies bien fort sur le piège pour qu’il t’inflige bien plus de dommages. Tu ne sais que dalle et tu es doué en rien, s'il te demande un truc, t’es foutue. Et pourtant, pourtant t’aimerais y croire, le voir te regarder avec insistance, admirer des étoiles dans ses magnifiques yeux, qu’il te noie dans des compliments plus que mensongers... Tu rêves trop Andrew, un type comme toi ce n'est pas un exemple, puis jamais tu verras ce genre de chose, encore moins sur ce genre de type, tu le connais pas assez pourtant, mais rien que son physique sent bon le parfum de l’argent, chose que t’aimerais, que t’aurais aimé, même si les billets ne donne pas tout, au moins t’aurait pas été dans cette galère... Tu pensais à tellement de choses en si peu de temps, attendant une réponse de sa part. Un hoquet de surprise vient mourir entre tes lèvres scellées quand il frôla ta jambe avec la sienne, t'électrisant au passage. T’es pas habitué à ce genre de geste, surtout que tu le connais à peine. Tu le fixes, incrédule, papillonnant des paupières sans trop comprendre. Il te lance un regard malicieux, rempli de sous-entendu pour toi, et t’en est presque gênée Andrew. Lentement, tu baisses le regard vers le sol, un peu perdu, un peu ailleurs, posant ta paume contre tes lèvres, cachant ainsi tes lèvres pincées par la retenue et la gêne. Tu crois que tu t'en veux un peu de laisser faire ça…
Je m’appelle Akeem Llancaster, voici Nell et toi ?
Pour le moment t’es un peu décontenancé, tu ne sais pas comment réagir devant ses avances, et tu commences à fabuler d’une histoire torride dans le lit, tes pommettes rougissent malgré toi, Andrew, t’arrive même pas à te contrôler correctement, il va fuir, t’oublier, t’effacer, t’es tellement un raté qu’il s’en fout bien de ton joli minois rougi par la gêne, il ne voit qu’un pauvre type qui s’imagine des choses, sales et dévergondé, tu te lances des piques alors que tes yeux baladeurs fixent déjà sa main tendue depuis un moment, tu sais pas quoi faire de cette main, alors, tu tends toi aussi ta main pour frapper la sienne doucement, un check des familles dont tu connais si bien, d’ailleurs, tu ne connais que ça. Tu retires aussi vite ta main et te redresse convenablement en raclant ta gorge. Tu ne sais pas quoi faire, à part manger, mais encore là, il t’a en quelque sorte coupé l'appétit, maintenant t’as faim d’autre chose... Mais t’es pas assez attaché à lui ou voire bourré. Alors tu ne feras qu'apprécier la vue que tu as, être coincé du cul et manger maladroitement tes hamburgers. Tu te frottes encore une fois les mains contre ton jean, les mains encore un peu sales, mais ce n’est rien, t’en as l’habitude maintenant, puis t’es trop occupé par sa foutue jambe qui ne cesse de te titiller. Andrew, on percute à des kilomètres que t’es gênée, t’arrive même pas à attraper ton hamburger que tu as sorti maladroitement de son emballage, tu te fous de la sauve partout sur les doigts et les tranches de viande commencent à se faire la male, pourtant, t’en prends une énorme bouchée, ressemblant maintenant à un Pachirisu qui aurait rempli ses joues de noisette, les joues gonflées, pleins de sauce autour de la bouche, t’es tellement sexy Andrew, en vrai, tu dois tellement le dégoûter de manger comme ça, mais c’est comme ça tu le manges, puis merde, t’as pas envie de réfléchir juste pour remplir ton estomac ! Tu captes seulement après sa présentation, te remettant doucement de tes émotions, c’est avec la bouche pleine que tu crias ton prénom et ton nom.
J’m’appelle Andrew ! Andrew Smith..

Akeem Llancaster
Habitant
11
24 ans
Designer de bijoux à temps partiel
Quartier buruu
1300
5
11
24 ans
Designer de bijoux à temps partiel
Quartier buruu
1300
5
Habitant
avatar
Icon :
Messages :
11
L'âge du personnage :
24 ans
Métier :
Designer de bijoux à temps partiel
Habitation :
Quartier buruu
Pokédollars :
1300
Niveau :
5
Ici
Akeem
Llancaster
Ketchup ou Mayo ?

Mmh, Akeem constata que le jeune homme en face de lui semblait avoir quelques problèmes. Est-ce qu’il avait des soucis de motricité ou Akeem le faisait complètement perdre ses moyens ? C’était surement cela…. Son interlocuteur se disait tout savoir et être « un pro », ce qui fit lever un sourcil septique au riche héritier car le balayeur ne semblait pas très instruit au vu de son langage peu soutenu. Mais le séduisant brun était empreint de mansuétude : tout le monde n’était pas aussi bien lotit que lui. Ce qui l’embêtait surtout était sa main en suspens, comme si l’employé n’avait jamais dit bonjour à qui que ce soit de cette manière. Mais qu’est ce qu’il faisait… ? Surpris, le jeune homme ne réagit pas et se contenta d’être intrigué par sa façon de saluer qui ne lui était absolument pas, le laissant décontenancé quelques secondes avant qu’il n’arrête de tendre sa main.

Le Llancaster attendait vainement une présentation qui ne venait pas, arrêtant de le titiller car cela avait l’air de trop perturber son interlocuteur. Peut-être que celui en face de lui n’aimait pas son petit jeu et n’osait pas le dire ? Akeem lui-même n’était plus trop sûr de ses intentions, fixant le blondinet manger de façon… mmh…. Pas très classe. Il en mettait partout ! Argh, il s’essuyait sur son pantalon en plus ! Cela refroidit le brun qui revit clairement son humble tentative de séduction à la baisse, écœuré par une telle pratique. Peut-être même ne s’était-il pas laver les mains avant de manger ! Arf, en plus il la lui avait touché ! Akeem eut soudain l’impression d’avoir les mains sales avant même de commencer de manger avec les doigts.

- J’m’appelle Andrew ! Andrew Smith..

Et bien, ce n’était pas trop tôt ! Andrew était peut être mignon mais manquait cruellement de savoir-vivre ! Akeem enleva sa bague pour ne pas la salir et déclara d’un ton légèrement amusé, commençant de prendre – un peu à contre-cœur – son hamburger entre les mains :

- Enchanté Andrew Smith. J’eus bien cru que tu ne te présenterais jamais… Je crains fort que tu ne sois pas un professionnel sur tous les domaines comme tu le vantais à l’instant.

Fier de sa répartie, Akeem laissa échapper un léger rire entre ses lèvres. Son orgueil appréciait totalement de décontenancer le pauvre balayeur dans un flirt après tout sans incident puisqu’il ne le reverrait surement jamais après cela. Ensuite, le riche brun tâcha de se mettre en bouche le hamburger, délicatement, petit à petit, craignant d’en mettre à côté. Evidemment, cela n’empêcha pas la sauce de dépasser aux commissures de ses lèvres et Akeem de continuer à avaler en prenant son temps, jetant de temps à autre un regard sur l’Andrew en face de lui. Bouchée par bouchée, un cornichon récalcitrant s’échappa de son repas pour finir sur le plateau mais mise à part ce fâcheux désagrément, le jeune homme termina le plus dur à manger proprement pour s’attaquer ensuite aux frittes non sans s’être essuyer la bouche avant grâce à une serviette. Akeem les trempait progressivement dans la sauce blanche, les croquant une par une avec une élégance saugrenue dans une telle circonstance.  Souhaitant entretenir un minimum de conversation il demanda avec un intérêt poli :

- Tu travailles depuis longtemps ici ?

Un sourire courtois sur la figure, le jeune homme attendait la réponse en l’observant, se demandant s’il allait encore réussir à le gêné. Voir même si sa présence ne rendait pas Andrew timide en continue.

Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Comment contrer un mumak?
» Le pot de mayonnaise et les deux tasses de café...
» Petit retour aux sources [Terminé]
» Ketchup - Je suis l'accident sur le bord de ta route
» Détente après l'entraînement

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: